Il n'y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour l'obtenir. | Période jouée; post-septième année alternative.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mer 21 Oct - 8:32

Maugrey qui meurt, c'est quand même un sacré pieu qui se plante dans le pied de l'Ordre. Bon, certes, Ding n'est pas le roi de la métaphore, mais il s'en sort pas mal niveau conneries. La preuve.
Les membres de l'organisation rebelle ne l'appréciaient déjà pas beaucoup, à cause sans doute de sa façon d'être, ou peut-être à cause du fait qu'il ait volontairement stupéfixé Arthur Weasley quelques années plus tôt, car celui-ci s'approchait un peu trop de ses activités illégales à son goût. Seulement, là, Maugrey Fol-Oeil, un des leaders s'il en est, venait de périr sous le joug des Mangemorts. Et Mondingus Flechter, qui fut son coéquipier durant cette funeste mission, s'était pour sa part lâchement enfuit dés l'arrivée des ennemis, laissant le vieil auror se défendre seul.

"Mais il aurait du se barrer aussi !" s'était-il pourtant justifié en écartant les bras, alors que devant lui Nymphadora Tonks arborait une expression qui valdinguait entre la tristesse profonde et la colère tout aussi abyssale, et que Remus Lupin secouait la tête, manifestement abatu. C'était un coup dur, un vrai. Et ça n'était pas pour remonter la côte de Ding auprès de ses collègues, mais ça.

"Je ne sais vraiment pas ce qu'on va faire de lui." pesta Molly Weasley, qui une fois la vague de bouleversement passée se rua sur Mondingus pour lui faire savoir ce qu'elle pensait de son comportement. A un moment donné elle tenta même de lui donner des coups de casserole sur la tête, mais fort heureusement pour lui il était encore assez agile pour y échapper.

Bien entendu, d'un point de vue rationnel, s'il était resté sur place avec Maugrey il aurait eu toutes les chances du monde d'y passer aussi. Sa lâcheté lui avait une nouvelle fois sauvé la vie ; il était de toute façon évident qu'il n'aurait rien put faire face à quatre mangemorts sur-entraînés aux sortilèges de torture et de meurtre. Simplement, c'est le genre de situations qui nécessitent de rejeter la faute sur quelqu'un. Un bien connu "Mais, s'il était resté alors peut-être que..". Stupide, mais logique, et contre toute attente Mondingus le comprenait tout à fait, aussi songea qu'il qu'il serait mieux dans son propre intérêt de prendre ses distances pendant quelques temps. Lupin ne semblait pourtant pas l'entendre de cette oreille.

"Il n'est pas question de partir une nouvelle fois, nous avons besoin de vous." soupira-t-il donc, ce qui fit vivement réagir Mrs Weasley.

"Besoin de lui ? Mais enfin, Remus, tu te rends compte de.."

"Sirius, Dumbledore, Maugrey.. Ce sont des pertes tragiques, et ce n'est pas en laissant déserter nos membres que nous risquons d'arranger les choses." la coupa le loup-garou en se massant les tempes.

Ding assista à cet échange surprenant en haussant les sourcils, se demandant si c'était véritablement de lui qu'on parlait. Déplorer son départ ? C'était trop d'honneurs.

"Si Dumbledore a engagé Mondingu dans l'Ordre ce n'est pas par hasard." répliqua Lupin à une remarque particulièrement éloquante de Mrs Weasley, et pour toute réponse elle pinça les lèvres avec ce qui ressemblait à un agacement très, très profond.

"Nous devons rassembler nos forces, et ne pas nous diviser encore davantage." ajouta Hestia Jones , qui mettait un point d'honneur à ce que la bonne entente reste de mise quoi qu'il arrive.

Lupin acquiéca. Ding faillit dire qu'il avait pourtant vraiment envie de s'éloigner un peu, surtout à cause de la façon dont Mrs Weasley le regardait, mais il n'en eut pas le temps car Remus eut ce qui s'appelle une sacrée mauvaise idée.


*



Ding n'avait jamais spécialement apprécié Dedalus. En matière d'amitié, l'escroc avait de toute façon une manière assez spéciale de raisonner. Il fonctionnait généralement en fonction de la première impression. Dedalus n'était pas forcément le genre de types à laisser une bonne impression, voire même une impression tout court. Ded, c'est le type effacé, qui ne l'ouvre que pour lâcher des chapelets de conneries. Même pas volontairement, en plus. Bref, pour Ding, soit les gens méritent son respect (Dumbledore et Amycus Carrow sont de bons exemples), soit ils sont directement catégoriés dans le panier des "acheteurs" potentiels. des mecs bons à embobiner, en gros. Dedalus était de ceux-là, depuis les premiers temps d'ailleurs. Il avait d'ailleurs collaboré avec lui tout au long de sa 7ème année ; il s'était révélé un allié précieux, un peu simplet mais fidèle et plein de bonne volonté. Dedalus était sympa. Mais extrèmement boulet, quand il voulait.

"Mais merde, fais un peu gaffe !" jura Mondingus en se tournant vers le fautif, qui venait de faire tomber une chaise en produisant le bruit d'un coup de canon. "C'est que j'suis fiché, moi, ici. S'ils me choppent je retourne à Azkaban, mais crois-moi que je me démmerderai pour que t'y ailles à ma place." ajouta ensuite le voleur avec mauvaise humeur, et il jeta un coup d'oeil au visage de Dedalus uniquement éclairé par la lueur blafarde de sa baguette. Il avait l'air fatigué, le mec. Peut-être qu'il avait stressé toute la nuit précédente en apprenant qu'il avait une mission à faire, allez savoir. Mondingus, lui, était passablement blasé ; qu'on lui foute une période d'essai, entre guillemet, sur le dos après la boulette qui avait causé la mort de Maugrey, il pouvait comprendre ; mais qu'on l'envoie fouiller le Ministère en sachant qu'un bon tas de types là-bas se seraient fait couper les mains pour l'attraper.. et, en plus, en le foutant en équipe avec Dedalus Diggle. Foutage de gueule. Pour récupérer un putain de dossier, ils auraient quand même pu choiir quelqu'un de moins encombrant.

Le faiseau du Lumos glissa du visage de Ded pour atterir sur le sol, et courir le long du bureau le plus proche. Le Ministère était un vrai bordel. Sans les putes, ceci dit. Et Ding n'était pas spécialement rassuré de se trouver là, d'autant plus qu'il ne savait pas exactement où chercher. La galère en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalus Diggle

avatar

Masculin
▌Messages : 91
▌Date de naissance : 25/04/1972
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 45
▌Age du personnage : 37
▌Étude, métier : Clanpin du ministère & membre de l'Ordre.
▌Baguette : 32 cm - Bois d'aulne - Crin de licorne

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Optimiste à temps plein, chieur né.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mer 21 Oct - 16:18


    Dedalus n'aimait pas le Ministère. Il n'aimait pas l'Ordre, il n'aimait pas le noir, il n'aimait pas Voldemort, et il détestait par dessus tout le manque de sommeil. La situation actuelle était donc pour le moins aussi chiante que dangereuse. Il n'avait rien demandé. Absolument rien ! Il n'avait emmerdé personne, et pourtant, il se retrouvait dans ce merdier jusqu'au cou. Et en plus, il devait suivre Flechter. Ouais. Mondingus Flechter lui même. Le type qu'avait laissé Maugrey Fol-Oeil dans le guêpier des Death Eaters. Mais enfin, comme si c'était de sa faute à lui, pauvre Dedalus ! Il n'avait rien à se reprocher. La seule chose qu'il voulait, là maintenant, c'était boire une bière et aller se coucher. Oh oui.
    Si on le prenait à se balader au Ministère au beau milieu de la nuit, il ne donnait pas chère de sa peau. Ça s'trouve que même, il se retrouverait au chômage, à Azkaban, au tribunal, dans la rue. Chez Celui-Dont-On-Ne-Prononce-Pas-Le-Nom ! Ded' eut un sursaut léger. D'un revers de main, une chaise vint s'écraser au sol. Diggle eut la très, très désagréable impression que l'écho avait inondé le Ministère tout entier. Titubant, il réussit à rester immobile lorsque la face grimaçante et grossière de Flechter se retourna vers lui avec un air pas vraiment content.

    « Mais merde, fais un peu gaffe ! » piaffa t'il de sa voix qui ressemblait bel et bien au son d'un vieux disque qui tournerait en boucle. « C'est que j'suis fiché, moi, ici. S'ils me choppent je retourne à Azkaban, mais crois-moi que je me démerderai pour que t'y ailles à ma place. »

    Dedalus fronça les sourcils, renifla avec dédain et, sentant un besoin insatiable de se justifier, il couina d'une voix pincée :

    « J'en ai pas fais exprès ! » Non. Évidement. Mais le regard indigné et le ton qu'avait prit Mondingus était passablement contrariant. C'est vrai quoi, finit les années Poudlard, ils étaient sur un pied d'égalité maintenant ! Après tout, c'était pas lui qui s'était barré pendant que l'autre ogre se battait contre les chiens de Vous-Savez-Qui. Alors s'il était lui, il s'écraserait un minimum. « T'as qu'à aller la faire tout seul cette mission, si t'es si malin !» continua-t'il en grinçant légèrement à voix basse. « Mais je tiens quand même à te signaler que tu te goures de chemin ! » il appuya son propos d'un doigt pointé vers la porte adjacente. Ouais, après tout c'était lui qui travaillait dans ce fichu Ministère. Et après s'être paumé un nombre incalculable de fois, il pouvait affirmer non sans fierté qu'il connaissait - à peu près - les dédales de corridors comme sa poche. Ce qui n'était pas le cas de Ding, et ça c'était notable. C'est pas qu'il l'aimait pas, l'ancien Slytherin. Après tout, ils s'étaient bien entendu la dernière année. Mais fallait pas pousser le bouchon trop loin. Lupin et Molly lui tapait déjà pas mal sur le système avec les devoirs qu'il a envers l'Ordre -paraissait-il, Flechter allait pas s'y mettre non plus.
    C'est que c'était trop con de risquer sa vie pour un document, un papier ou un il-ne-savait-quoi. Il avait pas du tout des idées de sacrifice et compagnie, lui. Ah ça, fallait pas compter sur Dedalus pour être sur le devant de la scène. De ce côté là, lui et Ding faisait la paire, pour sûr.

    Non. Pas vraiment, finalement. Mondingus se tirait parce qu'il n'avait pas franchement de scrupule et parce qu'il tenait à sa carcasse, mais Dedalus était lâche parce qu'il avait jamais eut le cœur bien accroché. Nuance.

    L'homme s'avança vers son vis à vis, passant à côté de lui, le nez plissé. Enfaîte, les épaules droites et l'air légèrement détaché, Ded essayait de se donner l'air important de celui qui connaissait son chemin, mais après tout, ça avait plutôt l'effet contraire, il ne doutait cependant pas de sa ridicule crédibilité lorsqu'il s'agissait de guider une trouve - ou un seul homme, dans ce cas précis. Y n'empêche que.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mer 21 Oct - 18:21

"Ouais, ben j'aurais bien préféré la faire tout seul, parce que si c'est pour que tu foutes le bordel.." grommela Ding en tournant le dos à Dedalus, qui se défendit comme il le pouvait. A l'époque, ils entretenaient déjà le même genre de rapports. Mondingus ordonnait, plus ou moins explicitement et poliment, et Dedalus exécutait. Pas vraiment à contrecoeur, c'était un gentil garçon après tout, mais il lui arrivait de pousser une légère gueulante quand ces ordres étaient insensés ou abusif, ce qui était relativement courant ; après tout Mondingus débutait en tant qu'arnaqueur, et encore plus en tant que chef, il lui fallait bien un peu d'entraînement. Généralement il se plantait alors devant la forte tête et le fixait jusqu'à ce qu'il baisse les yeux, pour alors le racheter avec le discours typique de l'ami fidèle, allons, mec, fais pas cette tête, on collabore tous les deux non ?

Aujourd'hui personne ne savait si Dedalus réagirait aussi bien, à part sans doute Dedalus lui-même ; Ding ne semblait pourtant pas en condition pour tenter de petites expériences avec son vieux condisciple, à cause de la situation actuelle. Le fait de se trouver à l'intérieur même du Ministère le stressait de toute évidence considérablement, un peu comme si Jerry s'amusait à faire des glissades entre les dents de Tom. D'autant plus que le Ministère était un lieu magique protégé, on ne pouvait pas y transplaner n'importe où n'importe quand ; seul le hall d'entrée était en fait destiné à cet effet, pour éviter notamment les intrusion intempestives, un peu comme celle qu'ils étaient en train de faire. Si ils se faisaient prendre ils n'auraient d'autres choix que de jouer de leurs baguettes et de s'enfuir en courant ; ce n'était pas très glorieux, ni très rassurant, et c'est ce qui expliquait l'absence de discours amusé et faussement amical de la part de Ding.

Quand Dedalus lui signala qu'ils se trompaient de chemin, le rouquin lâcha un nouveau grognement ennuyé et il se tourna à nouveau vers son collaborateur pour lui dire de se la fermer une bonne fois pour toutes ; il n'en eut cependant pas le temps car le brun le dépassa, s'affirmant de manière suprenante en décidant de prendre la tête des opérations. Ding cilla, passablement étonné. Ca, c'était original. Inattendu, pour ainsi dire. Et étrangement, cela fut la seule chose qui parvint à le dérider.

"Mec ! Je suis jamais venu ici depuis la fois où j'ai assomé Arthur.. Tu penses bien que personne voulait m'y revoir. He, si ils t'ont collé avec moi c'est pas pour rien. T'as raison en fait marche devant, file comme le vent." s'emporta-t-il en ricanant gentiment, mimant Superman de manière un peu difficile à deviner. Mais il faisait surtout le guignol pour lui-même, histoire de dédramatiser un peu. Il valait toujours mieux tomber sur des gus du Ministère que sur des Mangemorts, n'est-ce pas ? On risquait moins de se retrouver raide-mort en deux coups de baguette.

Contournant les bureaux pour rejoindre une porte adjacente, Mondingus resta sur les talons de Dedalus, l'air de parfaitement s'adapter à ce brusque retournement.

"Tu sais, si on se fait chopper, c'est toi qui prendra !" ajouta-t-il d'une voix égale, presque content de cette réflexion un peu sadique.

La nouvelle pièce ressemblait à une bibliothèque compactée. Des étagères s'élevaient vers le plafond, que l'on appercevait pas à cause de l'obscurité. Elles semblaient remplies de dossiers, mais Mondingus n'avait pas l'air convaincu. Il se souvenait des indications de Lupin. L'étage des Mystères est le plus vaste, mais c'est là que se cachent les informations les plus précieuses. Croyez-moi, elles ne sont pas si simples à trouver. Salaud.

"Ca doit pas être ici, ça serait trop simple." soupira donc le charlatan en se penchant vers l'étagère la plus proche, qui croulait sous des reliures en cuir semblant dater de Matusalem. Le cuir, ça vaut son pesant de cacahuètes. Interessé, Ding avança un doigt vers le plus proche des ouvrages. Mal lui en pris.

Une sonnerie stridente, affreusement mal accordée, se mit à retentir, et Ding retira instantanement sa main comme s'il venait de se faire mordre par un serpent. Ou une belette. Un truc avec des dents très pointues en tout cas. La sonnerie retentissait toujours cependant, et il commença à se dire que ça allait finir par alerter quelqu'un, aussi il fit la première chose qui lui passa par l'esprit : il retourna une droite au livre brailleur.

Celui-ci émit une sorte de toussotement indigné avant de se murer à nouveau dans un silence de roman, et Ding lâcha un soupir de soulagement.

"On doit être dans le rayon des mélodies secrètes et bien gardées." plaisanta-t-il en haussant les épaules avant de continuer son chemin comme si de rien n'était. inutile de préciser cependant que si c'était Ded qui avait eut l'idée saugrenue de réveiller tout le monde en touchant à tout, il aurait subit le même sort que le bouquin, mais ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalus Diggle

avatar

Masculin
▌Messages : 91
▌Date de naissance : 25/04/1972
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 45
▌Age du personnage : 37
▌Étude, métier : Clanpin du ministère & membre de l'Ordre.
▌Baguette : 32 cm - Bois d'aulne - Crin de licorne

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Optimiste à temps plein, chieur né.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Ven 23 Oct - 20:23

    D'un geste ample, Dedalus passa son index en dessous de son nez, plissé légèrement en une expression oscillant entre le dédain et l'agacement. Quoi qu'il en soit, le bonhomme était décidé à prendre les rênes - ou, tout du moins, montrer la direction, ce qui était déjà un challenge assez éprouvant en soi -. Il n'avait d'ailleurs pas relevé ce que Ding avait grommelé. De toute façon, il avait comprit à moitié le sens de sa phrase. Pas parce qu'il était trop idiot, assurément non. Simplement, il y avait un drôle de bourdonnement derrière son tympan, généré sans doute par l'éprouvante émotion de l'angoisse. Être coincé entre ses quatre murs ou parler à des gobelins à longueur de journée, forcément, on finissait pas s'habituer à la monotonie - qui résumait assez bien le personnage en un adjectif, d'ailleurs - et effacer les véritables sensations provoquées par la vie elle-même n'était plus qu'une question de temps et de mauvaise foi. Le vieux Ded n'était pas non plus à plaindre. Ce qu'il voulait, c'était être tranquille, et il se le revendiquait assez pour en être maintenant complètement convaincu. Alors soit le destin lui jouait vraiment un mauvais coup, et dans ce cas là il avait décidément pas de bol, soit Dedalus s'en faisait vraiment pour un rien. Mais cette dernière proposition tombait nette à l'eau. Le Ministère, c'était plus le même, depuis que l'autre cinglé avait pointé le bout de son nez inexistant. Les Death Eaters se baladaient un peu partout, faisaient leur ronde comme des chiens bien dressés. Entre eux et les bouilles en papier mâché de gobelins antipathiques, Dedalus avait de quoi se sentir véritablement oppressé.
    Mais là, c'était le comble. Le paroxysme de l'emmerdement, enfaite. Il aimait bien Mondigus. D'une certaine manière, il l'impressionnait. Pas autant qu'Amycus Carrow, il était vrai. Mais faire ce genre de truc, trifouiller des documents pour en trouver un de particulier dans la parfaite illégalité que l'escapade de nuit venait approuver, ce n'était pas vraiment son truc à lui. Avec qui que ce soit d'impressionnant.

    Dedalus eut quand même un frisson en pensant à la sainte personnalité de Carrow. Tanguant légèrement sur ses jambes, il se retourna vers Ding, qui ne verrait surement pas les joues devenues moite de son compère. Le truc, c'est qu'il adorait Amycus. Mieux, il éprouvait envers lui un genre de fascination singulière. Parallèlement, et même si tout la sympathie lui revenait, ce type le foutait mal à l'aise. Il n'osait même pas imaginer la scène s'il venait à débarquer, et Dedalus, pour une fois, priait pour qu'il ait décidé de rentrer chez lui avant l'heure, l'idée en tête que le zèle n'était pas bon pour sa propre santé, pour peu qu'il s'en souciait. « Je sais que t'es pas revenu depuis un bail, et je sais pourquoi je suis ici. Mais franchement, y a pas que moi qui travail au Ministère. Regarde, Weasley il bosse bien avec les Moldus ! Pourquoi c'est pas lui qui y est aller ? Même si tu l'as assommé, il a du oublier. J'veux dire, depuis l'temps, il t'a bien pardonné. » l'homme continuait toujours à marcher, sa vieille redingote usée battant contre la toile d'un pantalon tout aussi peu reluisant. Reniflant avec mésestime, il posa sa main sur la clenche, dont l'éventualité que la porte soit verrouillée ne s'imposait même pas à son esprit simpliste. Cependant, ce ne fut même pas la cas, et c'est avec un sourire non peu fier qu'il pénétra dans la pièce, le nez en l'air.

    « Binh ça alors... » Des étales, de véritables étales d'étagères qui semblait grimper jusqu'au plafond, vraiment très haut sois disant passant. Il avançait par grandes foulées, ne sachant plus où mettre la tête, et lorsque Mondingus soupira que c'était surement trop simple, Dedalus fit un véritable volte face, le dos courbé et l'expression quelque peu affolée.
    «
    Trop simple ? Trop - simple ? » s'étrangla t'il. « Mais qu'est-ce qu'on va faire ? » Il laissa son couinement se perdre entre les livres, avant de grogner que franchement, mais franchement, ils pourraient jamais s'en sortir. Ils s'en sortaient pas mal, ces connards d'ambitieux qui bossaient au départements des Mystères. Au vue des tranches des reliures dont la superbe ressortait même à la simple lueur d'une baguette, Dedalus en déduit qu'ils devaient gagner leur pain et plus encore.

    Mais, alors qu'il s'avançait vers un livre particulièrement brillant pour être tout à fait normal, un cri strident, semblable à celui d'une fourchette grinçant contre une assiette, brisa le parfait silence de la pièce. Dedalus sursauta en poussant un cri perçant, les mains contre ses oreilles. Dans le même temps, il recula précipitamment de quelque pas, s'accroupit en fermant les yeux alors que le mécanisme de son cerveau arrivait à affirmer que tout était fini pour eux. Mais non. La vie semblait leur avoir offert une seconde chance. L'hurlement s'arrêta aussi brusquement qu'il avait commencé, et Dedalus mit quelques poignées de secondes à le comprendre. Il rouvrit prudemment les yeux, pas certain que le spectacle lui plaise, mais rien avait changé. Ding était là, comme un con. L'air de rien, son livre à la main. « Ma parole mais t'es complètement cinglé ! » beugla t'il, l'écho de ses paroles traversant la voute du plafond et la céramique des murs. « Arrête de toucher à tout, tu veux nous faire remarquer ou quoi ? » hurla t'il encore plus fort, et sa main lâcha sa baguette d'un mouvement brusque, qui alla s'écraser un peu plus loin derrière Mondingus. Dedalus était hors de lui, et c'était peu de le dire. Lui foutre la frousse comme ça, par Merlin, c'est pas possible. L'expression indignée, il s'avança vers lui, s'arrêta à son niveau, le regarda dans les yeux, lui arracha le livre des mains sèchement, et partit à la recherche du bois de bois magique.
    « Éclaires le sol bon sang ! » mais à peine eut-il lâcher ça, que son pied heurta l'objet convoité. Il se baissa alors, le livre à la grande gueule dans une main, la baguette dans l'autre. Et lorsqu'il se releva, prêt à faire de nouveau face à Ding, un truc clochait. Nettement. Un visage, dont les détails ne s'affirmaient pas dans la pénombre, juste au dessus de lui. Une présence bien différente de celle de Ding parce que bien plus grande, bien plus imposante et surtout, surtout, bien plus menaçante.
    « AH ! » Et le coup partit tout seul, conséquence d'un coup de stress inapproprié. Pendant quelques secondes, il resta interdit face au type qui venait de se prendre un bon coup de livre dans le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Lun 26 Oct - 23:51

Ding s'apprêtait à reprendre tranquillement la route comme si sa curiosité n'aurait put apporter aucune conséquence grave, mais il écarquilla les yeux avec surprise quand Dedalus commença à lui crier dessus. Alors ça. Ded, crier ? Ded, crier sur lui ?! C'était le monde à l'envers. Il devait vraiment être stressé, le petit père Diggle. Et c'était rien de le dire.. Ding n'était pas particulièrement calme lui non plus, et c'est d'ailleurs ce qui le poussait à faire des conneries. Mauvaise paire, mauvaise pioche. Lupin allait s'en mordre les doigts.

Dedalus multiplia les gestes éloquents pour bien montrer qu'il en avait gros, et il fit tupidement voler sa baguette un peu plus loin. Il demanda d'ailleurs à Ding d'éclairer le sol pour l'aider à la retrouver, en s'adressant à lui un peu comme à un chien, mais Mondingus était quelqu'un de conciliant. Il plongea donc sa main dans sa poche pour obtempérer, mais Ded se mit à crier sans prévenir et il sursauta, lâchant sa propre baguette qui tomba par terre, projetant la lueur de son Lumos contre les étagères. Ding eut tout de même le temps d'appercevoir une silhouette en face de Dedalus, et il s'agissait manifestement quelqu'un de très grand. D'ailleurs, Ded lui foutu le pain du siècle. En plein dans sa mouille. Réflexe de survie, sans doute, ou traduction de sa surprise. Le bouquin retomba d'ailleurs dans le même temps, et il se remit à hurler de toutes ses forces, rajoutant une couche de tension à la scène qui se déroula en l'espace d'à peine quelques secondes.

L'instinc de survie, ça se travaille. Ca se construit au fil des expériences fâcheuses. Il est possible qu'on soit un vrai looser et que ne sache absolument pas comment réagir, ou que l'on soit trop lent ; dans ce cas on a évidemment de grandes chances de mourir, et c'est bien dommage. La pensée qui traversa l'esprit de Mondingus à cet intant fut "Ded, pas mal."

De son côté, il avait aussi plutôt rapide à réagir. Quand Ded frappa l'intru, ni une ni deux, son sang ne fit qu'un tour dans ses veines. Plongeant pour récupérer sa baguette qui glissa dans la manche de sa veste et qu'il récupéra d'un vif mouvement de poignet, Ding se releva avant de faire volte-face et de se mettre à courir, en gueulant à Dedalus de se bouger le cul.

L'homme, quel qu'il soit, avait reculé de quelques pas suite à la puissance du coup infligé par Diggle. Vu qu'il était de consistance plutôt robuste il se reprit pourtant assez vite et il emboîta le pas au duo, se précipitant à leur suite en hurlant de s'arrêter immédiatement. Sa voix était grave et rocailleuse comme celle d'un chanteur de jazz, mais tout cela était loin de ressembler à une comédie musicale. Sauf si on comptait Ded et sa façon de courir un peu ridicule.

Le cerveau de Ding, lui, fonctionnait aussi vite que ses jambes qui taillaient leur route à toute vitesse à travers les montagnes de livres. Qui était ce mec ? Un gardien ? Un mangemort ? Un connard qui s'était endormi là et qui avait été réveillé par leur bordel ? Toutes les solutions semblaient hypothétiques, mais quand un sortilège de stupéfix frôla son épaule au point de faire légèrement roussir sa veste, il estima qu'on pouvait éliminer la possibilité du connard.

Il était arrivé dans le même sens qu'eux ; Ding avait donc tout naturellement emprunté la direction opposée, s'enfonçant encore plus profondément dans le maëlstrom de bureaux, couloirs et autres salles aux contenus indéterminés. Ce n'était pas forcément la bonne solution, mais actuellement il n'en voyait pas d'autres.

Une salve de stupéfix succéda au premier, et Ding accéléra. C'est fou ce qu'on pouvait être rapide quand on avait la trouille de se faire chopper.
Au détour d'un couloir il choppa Dedalus par le col avant de le balancer dans la pièce adjacente, se précipitant à sa suite avant de bloquer la porte à l'aide d'un sortilège. C'était pas le genre de trucs qui durait longtemps, surtout avec un mec qui tente de défoncer le panneau par derrière, mais Ding semblait ne pas vouloir s'éterniser de toute façon.

Sans aucune explication il se mit à fouiller la pièce à la lueur de sa baguette en remuant tout sans dessus dessous, balançant les chaises et les dossiers qui encombraient les bureaux de bois sombres, faisant voler des feuilles partout, qui faisaient comme des flocons de neige format A4.

Surprenant le regard de Dedalus, il vint se planter devant lui pour lui coller une tarte.
"Bouge-toi mec, c'est pas possible d'être aussi lent !"
Puis, devant son expression d'incompréhension passible, il ajouta en haussant le ton : "Il y a forcément une sortie ici ! C'est le bureau de Ticknesse !!"

Les interstices en dessous et au-dessus de la porte dardaient d'étincelles rouges et vertes qui crépitaient comme des feux d'artifices.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalus Diggle

avatar

Masculin
▌Messages : 91
▌Date de naissance : 25/04/1972
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 45
▌Age du personnage : 37
▌Étude, métier : Clanpin du ministère & membre de l'Ordre.
▌Baguette : 32 cm - Bois d'aulne - Crin de licorne

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Optimiste à temps plein, chieur né.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mar 3 Nov - 16:17


    Soufflant comme un bœuf, Dedalus regardait, ahuri, le type qui se maintenait le pif, l'air d'être sacrément sonné. Pendant un instant, il s'étonna lui même de son reflex. Ce n'était pas le genre de Dedalus de foutre un pain au premier venu, même si celui-ci n'était certainement pas bourré de bonnes attentions. Il y avait un seuil à ne pas dépasser, bien entendu, car malgré tout, le dernier des Diggle savait parfaitement se mettre en colère. Pas dans les situations les plus propices, cela allait sans dire, mais quand même. Cela dit, il détestait être prit pas surprise. Vraiment, c'était incroyablement pénible. Trop occupé dans ses réflexions, il n'entendit pas la voix de sa conscience lui beugler de se...de se quoi ? Se bouger le cul dar dar s'il voulait pas se faire massacrer ? Se retournant dans un sursaut phénoménal, Dedalus lorgna sur la voix, qui appartenait finalement à un Mondigus Flechter en panique. D'un bon, Diggle se releva, le livre dans une main et la baguette dans l'autre.
    Dans une course chaloupée, il rejoignit Ding tanguant sur ses jambes alourdies par la redingote.

    L'adrénaline sifflait contre ses tempes, rendait son souffle saccadé, et il ne vit pas le sort passé au dessus de l'épaule de son coéquipier. En revanche, il entendait parfaitement l'homme meugler comme un forcené. Son cœur redoubla d'effort, alors que ses jambes se fatiguaient de plus en plus. Merde, ça faisait combien de temps qu'il avait pas couru ainsi ? Six ans ? Sept ? Il n'empêche. Il avait perdu l'habitude, d'ailleurs, il doutait l'avoir eut un jour. Ding devant lui, Dedalus hésita par deux fois à agripper sa propre veste. Être derrière alors qu'un malade les poursuivait, c'était pas le truc le plus génial dans une situation pareille.

    Les couloirs, les bureaux, ils les traversaient à une vitesse qu'il ne se saurait jamais soupçonné. C'était encore plus impressionnant lorsque l'on savait qu'il était parti -lui, Dedalus Diggle- pour une mission soit disant dangereuse aux yeux de l'Ordre. Et ouais, effectivement, elle s'était avérée plus coriace qu'il ne l'aurait pensé. Aurait-ce été la même chose si Ding avait ouvert se foutu livre, si Ded avait pas beuglé de surprise, s'ils avaient été plus discrets, en somme ? Après tout, ils avaient peut-être, bien avant l'accident de la bibliothèque, laissé un indice quelque part, les traces de leur petite escapade, un il ne savait quoi qui les aurait trahit. Après quelques instants, une pluie de sort lancés dans leur direction fit accélérer Ding de rythme. Dedalus sursauta, essayant de suivre son coéquipier. Ouais mais voilà, c'est que Flechter, lui, il avait l'habitude de fuir, c'était sans doute son deuxième hobbies, d'ailleurs. Alors, passer d'une vitesse à l'autre comme ça, sans prévenir, ça le connaissait. Mais pas Diggle. Non, Diggle, il aurait même tendance à freiner.
    Par un moment inattention, occupé à regarder ses godasses usées qui frottaient le sol, Dedalus ne vit pas l'ami Ding disparaitre au détour d'un couloir. Une fournée d'insultes s'échappèrent de sa bouche, avant qu'il ne soit violemment saisi par le col de sa vieille redingote. Sans avoir eut le temps de quoique ce soit, il se trouvait déjà dans une pièce, assez spacieuse ma foi. Un bureau trônait au milieu, une cheminé dont l'âtre marbré s'illuminait joyeusement sous les ombres d'un feu encore allumé.

    Sans grande réaction, Ded regardait le roux fouiller, faire voler des documents, des chaises un peu trop gênantes. Bon sang, mais qu'est-ce qu'il cherchait, qu'est-ce qu'il voulait ?
    « Thickeness ? » piailla Dedalus, sentant ses jambes trembler. « Mais... » commença t-il, roulant des yeux. « Pourquoi tu..pourquoi tu cherches une sortie dans des papiers ? » demanda t-il, alors que derrière la porte, le sauvage venu d'il ne savait quel camp s'excitait sur sa baguette avec des sorts aux couleurs diverses et variées. Vertes, surtout. Vertes. Dans un énième sursaut, Diggle posa son livre sur la table.
    «Mais. Je sais bien que les réseaux de cheminées sont surveillés, m'enfin, on pourrait essayer d'aller jusqu'au hall et transplaner, tu crois pas ? P'têt' bien qu'il faut tenter. »
    Passant une main dans ses cheveux, il se saisit derechef du livre chanteur, avant de le tendre à Ding.
    « Ça s'trouve que ça pourrait t'resservir un d'ces jours. » Parce que lui, c'était sa dernière, ouais, dernière foutue mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mer 4 Nov - 13:49

Mondingus s'arrêta de fouiller partout, pour jeter à Dedalus un regard à la fois affligé et mortellement ennuyé. Un regard qui disait "Alors toi, déjà, t'as rien compris à la vie." Et qui rajoutait à cela très explicitement "T'es vraiment un gros glandu." et "Si j'avais le temps pour ça, je te ferais bouffer tes chaussures."

"Sans déconner, mec, comment tu veux sortir alors qu'il est devant la porte ? On est à des kilomètres du hall, te signalais-je." ricana finalement froidement le rouquin en passant sur sa remarque concernant les papiers, qui étzit en soi plutôt pertinente il fallait bien l'avouer. Mais bon, la panique, tout ça.

Pour toute réponse en fait Ding foutu un nouveau coup du bouquin chanteur sur la tête de Dedalus, espérant vaguement réveiller ses neurones et les forcer à s'agiter un peu. Il était peut-être un expert pour s'échapper et s'introduire à loisir dans les maisons des moldus, celles des sorciers représentaient évidemment plus de difficultés ; alors le Ministère de la Magie lui-même..

"On peut très bien y aller, jusqu'au hall, c'est vrai, mais pour ça faudrait déjà sortir de cette pièce. Tu veux une tasse de thé pendant que je fait un trou dans le mur ?" ironisa de plus belle le voleur avant de gratter nerveusement sa barbe naissante, preuve d'ailleurs qu'au niveau financier, et donc hygiénique et motivateur, tout n'allait pas pour le mieux pour lui à ce moment-là. L'élément pilaire était très indicateur de sa condition sociale.

Cependant il lâcha finalement son collègue des yeux pour s'intéresser à la cheminée. Elle ne servait pas au transplanage comme celles se trouvant dans le hall. Le réseau des cheminées dans le monde des sorciers était un véritable labirynthe mais qui obéïssait à des règles strictes ; il y avait même un département au ministère pour gérer tout ça, justement. Et les cheminées privatives, comme celle du ministre justement, nécessitaient généralement un passe officiel. Ou un code. Ou quelque chose de personnellement reconnaissable. Autrement, n'importe qui aurait pu débarquer directement ici pour poignarder Tickenesse dans le dos. Et ce n'était pourtant pas les amateurs qui manquaient.
Tournant autour de l'âtre comme s'il cherchait une faille, le rouquin jeta quelque regards à Dedalus pour surveiller ce qu'il faisait. Mais non, rien. Il restait planté sur la moquette comme s'il attendait de prendre racines. Ding ignorait les actuelles réflexions de Dedalus, à propos du fait qu'il considère cela comme étant définitivement sa dernière mission, mais cela était pourtant inscrit sur sa figure. Mondingus prit un air blasé, mais moins agressif qu'auparavent.

"Chiale pas. En plus à Azkaban ils ne violent personne si ça peut te rassurer."

Ce n'était pas tout à fait vrai. Mais bon. Ding frotta ses mains l'une contre l'autre, apparement indifférent aux étincelles qui commençaient à brûler les pourtours de la porte.

"Il y a un truc qui marche autant chez les moldus que chez les sorciers, c'est les conduits de cheminée. Avant d'être des moyens de se déplacer, ça reste une technique de chauffage. Tu me suis ?"

Leur poursuiveur se remit à tambouriner violemment sur le panneau, mais Ding l'ignora pour poursuivre son discours de promoteur qui semblait plutôt incongru dans la présente situation.

"Un conduit de cheminée, ça débouche à l'extérieur." explicita-t-il devant le manque de réaction de son vis-à-vis, et il le jaugea du regard comme si il avait eu à lui donner un prix.

"Ca va, t'es pas épais. Si ils m'avaient collé Hagrid, on aurait pas été dans la merde." ajouta-t-il finalement, satisfait comme s'ils se préparaient pour un parcours de santé.

Aussitôt dit aussitôt fait, et Ding éteignit le feu qui ronflait dans l'âtre à l'aide de sa baguette qu'il rangea ensuite dans sa poche avant de relever ses manches, comme un alpiniste qui s'attaquait à l'Everest. Et franchement, c'était tout comme.

"Je passe devant. Essaie de pas tomber, je reviendrai pas te chercher." déclara-t-il finalement de façon très sympathique avant de commencer à escalader le conduit, se tortillant comme un ver pour chercher des prises potables.

Le pire, c'est qu'il avait l'air d'avoir l'habitude.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalus Diggle

avatar

Masculin
▌Messages : 91
▌Date de naissance : 25/04/1972
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 45
▌Age du personnage : 37
▌Étude, métier : Clanpin du ministère & membre de l'Ordre.
▌Baguette : 32 cm - Bois d'aulne - Crin de licorne

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Optimiste à temps plein, chieur né.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Dim 15 Nov - 0:38

Dedalus était un homme compatissant et magnanime. Et ça, c'était peu de le dire. Il était pas méchant, après tout personne ne lui avait jamais rien fait. Mais voilà, à défaut d'être acariâtre, il était plutôt sensible comme bonhomme. Les émotions trop subtiles ou alambiquées, c'étaient pas pour lui. C'était pas comme si elles lui étaient indispensables d'ailleurs, parce qu'il s'accommodait à la médiocrité. Elle lui convenait parfaitement. Prenant le soin d'afficher une mine légèrement niaise, Dedalus se contenta de hausser les épaules avec nonchalance devant la remarque de Ding. Son acolyte ne l'avait surement pas comprit, et pour Diggle, c'était même pas la peine de tenter une reformulation. Ce n'était d'ailleurs pas comme s'il l'avait envisagé. Y avait un type derrière la porte qui, visiblement et c'était légitime après le coup porté, n'était pas très content. Voir pas content du tout. Alors il était inutile de se chercher à prendre le temps de s'expliquer convenablement. Y avait plus urgent, comme qui dirait.
Se mordant l'intérieure de la joue, il ne réagit pas réellement lorsque Mondingus lui arracha la livre des mains pour lui assener un coup sur le crâne, se contentant de rentrer sa tête dans les épaules du mieux qu'il pu. Clignant des yeux, il lorgna le roux, laissant les secondes s'étirer. Trouvent enfin le courage ou la motivation nécessaire pour se justifier, il passa une main sur son crâne - histoire de lui montrer qu'il avait bien reçu la chiquenaude - puis ouvrit ses bras d'un air désolé.

« Je pensais qu'on... » Commença-t'il, mais il fut derechef coupé par un sarcasme qu'il ne saisit pas.« Non, tu vas...tu vas quand même pas faire un trou dans le mur ! » Couina t'il. « Je suis absolument certain qu'il y a d'autre moyens ! »
Il s'arrêta pour réfléchir, son visage se fermant en une expression concentrée. Donc, le conduit de cheminé, p'tête bien que c'était pas une bonne idée. Mais p'tête aussi qu'ils avaient plus de chance de se faire attraper en restant ici qu'en essayant de se tirer par la cheminé, hein. Y avait un truc qui clochait. Ouais, y avait forcément un truc qui allait pas. Observant les allés et retours préoccupés de Ding et s'assurant par la même occasion qu'il ne comptait pas réellement creuser un trou - par Merlin, quelle idée, Dedalus commençait à s'agiter. Vraiment.

« Bon sang Ding mais tu peux pas arrêter de bouger ! Tu...tu m'stresses là tu vois tu me stresses ! » Couina t'il en roulant des yeux.

Il tenta vainement de reprendre son calme, sursautant chaque fois qu'un sort cognait contre la porte. Une sueur froide lui coula le long de l'échine, avant qu'il ne s'essuie le front en se ménageant silencieusement. Il avait déjà été dans des situations merdiques, non ? Ça le connaissait d'être dans le pétrin. Et il s'en sortant toujours, chanceux qu'il était, alors pourquoi pas cette fois ? Son rythme cardiaque ralentit considérablement, et Dedalus se félicita intérieurement. Jusqu'à ce que l'autre lui parle d'Azkaban.

« Vio- mais...mais non ! On va pas aller à Azkaban que j'te dis moi !»

Visiblement, il avait pas l'air de prendre la situation au sérieux. Ce qui soit alarmant, soit rassurant. Enfaîte, il ne connaissait pas assez bien l'individu pour savoir déchiffrer son comportement. D'ailleurs, ce n'est pas comme s'il savait le faire en général, mais l'impression qu'on lui donnait était souvent la bonne. Quoique là, il ne pouvait vraiment pas savoir si le fait que Mondingus prenne la situation autant à la légère soit un bon signe. Ou pas. Il ne comprenait pas non plus pourquoi diable il lui parlait de Moldus. De Moldus à un moment pareil.

« Pas du tout. Enfaîte je ne te suis pas du t- » Mais en vérité, il saisit le sens un peu trop vite à son goût. «Ah non. Non tu n'y penses pas quand même. » Il secoua la tête vigoureusement.
«Il est hors de question que je monte dans cette cheminée quoi enfin !» déclara t'il de pied ferme.
«Bien sur tu es devant, alors ça hein, ça j'm'en doutais ! Et puis en plus, tu... » Dedalus se tût. Il semblait réfléchir trente secondes, avant de s'affirmer que, si Mondingus se retrouvait comme un con dans une pièce de l'étage devant des Mangemorts ou autre clanpins du Ministère, eh bah mon vieux, ça serait de sa faute.

Mais Mondingus avait l'air vraiment sérieux, aussi il ne tarda pas à disparaitre dans l'âtre de cheminé après avoir préalablement prit le soin d'éteindre le feu. Dedalus soupira. Une fois. Puis deux. Et la troisième fois, il se décida à grimper à son tour, maudissant les prochaines générations de Fletcher, si générations il y avait. S'agrippant aux prises trop minces, il se hissa à travers le conduit, n'osant pas relever le nez, par peur de prendre le pied de Ding en pleine face, ce qui ne manquerait pas d'arriver, assurément. Jetant un coup d'oeil en bas, et estimant qu'ils avaient prit assez de distance - trop peu pour le rassurer quand même - il plaqua son dos contre la paroi, se maintenant à l'aide de ses pieds, et extirpa de la redingote sa baguette, avant de grogner;
« Lacornum Inflamare» Un feu plus léger que le précédent lécha de nouveau l'âtre, mais Dedalus n'avait pas émit la possibilité éventuelle que l'un d'eux lâche prise. Dans tout les cas, c'est lui qui se retrouverait le cul dans les flammes. Partit dans sa lancé, il murmura un incendio, laissant le bout de sa baguette prendre feu. Ils auraient pu être bien partis, finalement. Mais ils auraient pu seulement, parce qu'au moment où Dedalus entreprit de se remettre à se tortiller, la porte de la pièce vola surement en éclat - la cacophonie qui résonna à ce moment là y ressemblait - et Diggle lâcha prise en même temps qu'il se rattrapa à la cheville de Mondingus. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Jeu 31 Déc - 17:17

Mondingus avait toujours considéré Ded comme étant un incroyable boulet. Disons même que sur une échelle de un à dix, il atteindrait au moins la soixantaine en comptabilisant toutes les bourdes qu'il avait déjà commises dans sa vie. Oh ce n'était pas sa faute bien sûr, ce n'était jamais sa faute, et ça ne partait jamais d'une mauvaise intention, non ; il était de notoriété publique que Dedalus était même le plus niais des membres de l'Ordre, et certainement celui qui trouvait le plus injuste les actions des bouffe-dead. C'est vrai, après tout comme il le disait si bien « Non mais vraiment, ce qu'ils font, c'est méchant, quand même. »
Donc ouais, Ded était un boulet. Mais quand même, à ce point-là, ça frisait le ridicule.
Lorsqu'il leva sa baguette pour lancer un Incendio, Ding fut tiraillé entre l'envie de lui coller un coup de pied dans la mâchoire et celle, tout aussi brûlante, de le traiter de tous les noms possible. Quel abruti ! Evidemment, le type qui les poursuivrait remarquerait le feu en tout premier quand il parviendrait à enfoncer la porte, et il ne se demanderait alors surtout pas pourquoi un feu régnait dans un bureau censé être auparavent vide. S'il avait voulu se la jouer intelligent, il aurait attendu que l'autre perde du temps en examinant toutes les issues possibles comme eux-mêmes avaient eu à le faire.. N'oublions cependant pas que nous avions affaire à Dedalus, et que sa logique lui était complètement exclusive.
Pourtant il ne s'arrêta pas là. Oh que non. Comme s'il n'avait déjà pas fait assez de ravages, le clampin perdit l'équilibre la seconde suivante, se rattrapant in extremis à la cheville de Ding qui lâcha prise à son tour sous le choc. Il parvint à se rattraper un mètre plus bas en s'éraflant les doigts sur le mur irrégulier, lâchant au passage un grognement digne du plus féroce des Sinistros.

Quelque chose d'indéfinissable le poussa à ne pas secouer la jambe pour abandonner définitivement Dedalus à son sort, mais il ne parvint pas à définir quoi ; sans doute un reste d'affection qui refaisait surface. Toujours est-il qu'il rafermit ses prises en soufflant péniblement avant de lui marmoner de se grouiller de se raccrocher à son tour - putain -, au risque de lui faire perdre patience. Pour rester poli. Quand il fut enfin déchargé du poids -incroyablement et étonnement lourd- de son acolyte, Ding attrapa sa baguette et ordonna à l'autre crétin de s'accrocher à lui. La seconde suivante, un sort de propulsion les envoyait tous les deux dans les airs, hurlants et se cognant de droite à gauche contre les murs de la cheminée. La suie leur rentrer dans le nez et dans la bouche et des larmes émergèrent de leur yeux pendant qu'ils s'étouffaient, et Ding cru un instant qu'ils étaient foutus. Ca aurait pu être vrai s'ils ne s'étaient pas faits éjecter au même instant, atterissant lourdement l'un sur l'autre dans le hall du Ministère où débouchait finalement le conduit privé de Pius Thicknesse.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalus Diggle

avatar

Masculin
▌Messages : 91
▌Date de naissance : 25/04/1972
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 45
▌Age du personnage : 37
▌Étude, métier : Clanpin du ministère & membre de l'Ordre.
▌Baguette : 32 cm - Bois d'aulne - Crin de licorne

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Optimiste à temps plein, chieur né.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mar 26 Jan - 22:42

C'était un peu fou quand même, cette situation dans laquelle ils se retrouvaient. Dedalus alignait les bonnes initiatives - finalement, il aurait pu la faire tout seul cette mission, parce que quand même, c'était pas lui qui avait ouvert ce livre à la con ! - mais Mondingus avait pas l'air de voir ça d'un très bon œil. C'était même plutôt le contraire, finalement. Mais il n'en avait cure. Non, parce que, il savait très bien que Ding était quelqu'un de belliqueux, peut-être un peu jaloux aussi, qui sait ? Alors, ses états d'âme, c'étaient pas ce qui préoccupait le plus Diggle. L'important, c'était de rentré vivant, et en morceaux si possible. N'est-ce pas ?
Ça semblait compromis, pourtant, lorsqu'il lâcha prise pour se raccrocher à Ding avant de glisser lamentablement dans le conduit de cheminée. Ah ça pour être con, c'était con, assurément. Ses paupières se fermèrent aussi fort qu'elles le pouvaient, comme si le simple fait de fermer les yeux aller lui permettre de ne pas entendre ni le grognement de Mondingus, ni celui, un peu plus étouffé mais pas moins effrayant du type qui devait être un peu abruti pour ne pas avoir vu que deux crétins se tortillaient comment des vers dans une cheminée. Enfin, pour Dedalus, qu'il ne les ait pas vu était parfaitement normal. Grâce à son feu magique et tout et tout. D'ailleurs, il avait bien cru atterrir sur le cul en pleins dans les cendres, si Fletcher, ce héros, ne s'était pas raccroché aux pierres qui saillaient.
L'homme rentra le nez sous le col de sa chemise, le carbone lui faisait monter les larmes et Dedalus avait l'impression qu'on lui flanquait des cendres dans le pif. C'était un peu le cas d'ailleurs, mais ça.
Et puis, il ne voulait pas assister au dénouement. Il fallait dire que c'était lui qui était en dessous, la tête sous le cul de Mondingus et le cul au dessus de flammes léchant joyeusement l'âtre de la cheminée.

Le problème, c'est que s'il n'en avait pas l'air comme ça, il était sur le point de faire dans son pantalon. Il savait bien que la panique s'était distillée dans tout les muscles, toutes les fibres et tout les nerfs de son corps, plus particulièrement dans son cerveau qui lui intimait de ne surtout, surtout pas bouger. Alors il restait dans sa position inconfortable, les doigts repliés sur le tissu du froc de Ding. Et même si les secondes restaient des secondes, elle lui parurent comme de longues et interminables minutes, pendant lesquelles on les trouverait, les amènerait devant Celui-Dont-On-Ne-Prononce-Pas-le-Nom, et la suite, on la connait. Seulement, voilà. Le rouquin avait l'air plus au taquet que Dedalus, qui n'entendit même pas le sort, et lorsqu'il sentit que quelque chose n'était absolument pas normal dans le fait de se voir catapulter à une vitesse vertigineuse, il eut quand même le temps de penser, ce bougre, si ce n'était pas l'Armageddon ou quelque chose dans ce genre. De toute façon, il gardait obstinément les yeux fermés, et ne les ouvrit que lorsque son dos rencontra une surface plane, dur, et que l'irrésistible envie de tousser lui arrachait les poumons. Alors, seulement à ce moment là, il consenti à jeter un regard hagard au hall du Ministère.

« Eh mec regarde dis donc ! On est dans le hall ! On est... on est sauvé ! Enfin. C'était chaud patate quand même hein ? » Là aussi, il lorgna sur Mondingus. Ses sourcils se froncèrent sur un regard d'incompréhension, suivi d'un éclat de rire plutôt tonitruant. Fallait évacuer le stress, disons.
« Oh eh ! Regarde toi ! On dirait qu'un chaudron t'a explosé à la figure...! Oh oh, tu t'verrais ! »

Sans savoir, bien entendu, que son état était véritablement navrant, et que le fou rire qui secouait ses épaules portait loin. Vraiment loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   Mer 10 Fév - 18:42

Alors ça, il ne l'avait encore jamais fait. Sortir comme ça par un conduit de cheminée, s'entend. C'avait vraiment été un coup à la barbare, mais dans l'agitation, il n'avait pas vraiment eu le choix, sans compter qu'il ne connaissait pas non plus des tonnes de sorts. C'était ça de n'avoir jamais suivit en cours de sortilèges, quand il était encore à Poudlard.

Sonné, Ding se redressa pourtant rapidement, prenant appuis sur ses coudes à l'instant même ou Dedalus regardait autour de lui avec effarement en faisant remarquer astucieusement qu'ils étaient remontés jusqu'au hall. Ben voyons.

« Mec.. Y a plein de gens qui se demandent pourquoi je suis dans l'Ordre, mais toi, toi.. ils doivent certainement jamais t'avoir rencontré. » haleta le rouquin en écarquillant les yeux, émerveillé à la fois devant son propre sens de la survie et devant la stupidité incroyable dont Dedalus avait fait preuve. Non pas que ce soit véritablement une surprise, mais tout de même.. Au moins une chose était sûre, Ding ne l'engagerait jamais pour dévaliser quoi que ce soit, même pas une maison de retraite. Il aurait été capable de trembler devant les vieilles et de ne plus pouvoir bouger alors qu'elles lui donnaient des coups de sac à main.

Dedalus se contenta de se marrer devant sa tête, soit-disant qu'on aurait dit qu'un chaudron venait de lui exploser à la gueule. Il pouvait bien se la fermer lui, il ressemblait au type de Retour vers le Futur avec de la suie sur la tronche.

« Ferme-la. » ricana Ding en ramassant le caillou porte-bonheur de l'autre taré qui était tombé de sa poche pendant leur haut-vol, et qui avait roulé jusqu'à lui. Un caillou porte-bonheur. Il avait vraiment un truc qui tournait pas rond chez lui. La première fois qu'il lui en avait parlé, Ding avait été intéressé parce qu'il avait cru qu'il s'agissait d'une pierre rare, un truc qui vale un peu de pognon quoi. Mais non, quedal. C'était juste un caillou.

Il l'envoya d'ailleurs en plein dans la gueule de Ded pour qu'il cesse de rire bêtement, et pendant ce très bref instant où ils relâchèrent tous les deux leur attention, la possibilité de s'enfuir leur échappa en beauté. Les cheminées du hall s'illuminèrent de grandes flammes vertes et froides, et deux types encagoulés firent leur apparition, baguettes en main. Le sang de Ding ne fit qu'un tour et il bondit sur ses pieds, électrisé par l'instinct de survie qu'il avait d'ailleurs très dévellopé, mais heureusement pour eux cela lui permit de parer à temps le premier sort que leur lança l'un des deux arrivants. Des mangemorts, putain.

C'était de la folie, aussi, de les envoyer Ded et lui au casse-pipe. Voldemort avait le contrôle sur le ministère, eh, c'est pas parce qu'il était expert en cambriolages qu'il allait pouvoir entrer là-dedans sans qu'il lui arrive quoi que ce soit ! S'il tenait Lupin, il lui aurait arraché les couilles en bonne et due forme.

« Alors messieurs.. on dirait que le ramonage est terminé ? » s'exclama le premier d'une voix de crécelle excitée, et le second renchérit aussitôt d'un trait humoristique en disant qu'il allait maintenant falloir passer au ménage, parce que « les cafards se faisaient un peu trop présents. »

Ding tenta de refroidir son esprit pour garder les idées claires ; ce n'était pas le moment de paniquer. Putain, ce qu'il pouvait détester les mangemorts.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mathematiques souterraines [ Dedalus Diggle ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nombre 23 - cours de maths en U23 Heuliez école ambulante
» Miniview Géant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» [LDC] Lyon 0-3 Bayern Munich ( / )
» Traversée souterraine ferroviaire : pourquoi pas Rouen ?
» POEME MATHEMATIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Noctem :: A cup of Ogden's Old Firewhisky ? :: » Archives des RPs. :: • Terminés-
Sauter vers: