Il n'y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour l'obtenir. | Période jouée; post-septième année alternative.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deathly meeting [Amycus Clover]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Deathly meeting [Amycus Clover]   Mer 21 Oct - 18:41

Si Mondingus se tenait trop peu au courant des actualités du monde magique pour quelqu'un faisant partie de l'Ordre du Phénix, ce n'était pourtant pas faute de traîner dans les lieux où s'échangeaient les nouvelles. Les tavernes étaient en quelque sorte son lieu de travail, bien qu'il ne soit ni barman ni serveur, fort heureusement pour lui ; personnellement, il se limitait à commander pour lui et pour sa future proie, qui s'il manigançait bien son coup lui rembourserait largement cette maigre dépense en lui rachetant un lot d'objets volés plus ou moins coûteux. Mondingus ne ratait quasimment jamais son coup, et c'est pour cela qu'il était détesté par des centaines de sorciers malchanceux à travers le pays, étant donné que pratiquement tous ceux avec qui il avait traité au cours de sa vie s'étaient fais entuber à un moment ou à un autre. Néanmoins il fallait croire qu'il était chanceux, car il trouvait sans cesse de nouveaux clients ; les étrangers étaient evidemment les plus facile à se mettre dans la poche, et pour ça, rien de mieux que les auberges de renommée.
La « Tête de Sanglier » lui était interdite d'accès depuis un fâcheux incident survenu vingt ans plus tôt, aussi son secteur d'activité dans le village de Pré-au-Lard était-il plutôt réduit ; néanmoins il restait les « Trois Balais », autre lieu bien connu quoi que plus calme et en général mieux fréquenté que le premier.

L'été avait été plutôt palpitant, mais pas concernant les rentrées d'argent. De fait, Mondingus attendait impatiemment que les embrouilles reprennent ; après tout il n'avait jamais été doué que pour ça, et ces derniers jours il ne mangeait pas réellement assez bien pour contenter les règles d'un nutritionniste.

Fort heureusement l'automne arrivait et la trève estivale se terminait enfin, donnant un coup de fouet aux activités du village et donc par analogie aux siennes ; de plus Mondingus Fletcher n'avait pas de scrupules concernant la vente d'objets illicites aux étudiants de Poudlard, qui se révélaient en fait être de très bons clients. Avec le chambardement qui y regnait en ce moment, l'arrivée au pouvoir d'un mangemort déclaré et aussi, d'après les rumeurs, aux commandes de l'enseignement, personne ne prêtait attention à un pauvre type qui pourrait se ballader dans les couloirs pour refourguer sa marchandise aux innocents. C'était tout benef pour lui, et lorsque de bonnes affaires s'annonçaient, Mondingus était toujours d'excellente humeur, peut-être encore plus que d'habitude.
Ce jour-là il avait rendez-vous avec un voyageur croate, car celui-ci avait semblé être intéressé par un lot de plumes suceuses ce sang que le gredin trimballait depuis déjà quelques temps, et dont il n'était pas fâché de se débarasser ; à force de se tromper de plume, il finissait par avoir ses fiches de comptes imprimées sur le dos de la main gauche, ce qui n'était pas très esthétique. Les mains dans les poches, Ding traversa la salle bondée en ce début de soirée pour aller rejoindre la seule table libre, son client n'étant pas encore là. L'homme s'assit, content de pouvoir enfin se reposer un peu ; les membres de l'Ordre lui en faisaient voir de toutes les couleurs, depuis la bataille ou Maugrey avait tragiquement perdu la vie. Bon evidemment il s'était retrouvé seul contre une dizaine de mangemorts il n'avait eu aucune chance, mais la majorité des partisans de feu Dumbledore affirmaient que si Mondingus ne s'était pas enfuit dés les premiers signes d'apparition des bouffe-death, tout aurait peut-être été autrement. Lui restait pourtant convaincu que s'il n'avait pas eut l'idée sensée de transplaner, il serait passé sur le grill en même temps que le vieux, ni plus ni moins. Et, foi de Ding, il restait encore beaucoup trop de trésors sur Terre qu'il n'avait pas eut le temps d'amasser avant de mourir.

Il écouta distraitement un groupe de gobelins qui devisaient à propos du cours des noises en irlande, avant de laisser son regard parcourir la salle. Rosmerta était appuyée sur son comptoir, occupée à une dicussion apparement passionante avec deux clients assez jeunes qui souhaitaient certainement être servis en alcool sans avoir l'âge requis, et à de nombreuses tables les sorciers s'étaient lancés dans de longues parties de cartes magiques qui, de temps à autres, leur explosaient à la figure en dégageant une horrible odeur de brûlé. Rien de particulier, en somme.. Si on exceptait cet homme au long manteau noir assis tout seul près de la fenêtre. Mondingus plissa les yeux. Des types comme ça il y en avait toujours des tonnes, après tout ses vêtements n'avaient rien d'atypique.. Mais il était tout de même persuadé que son visage lui disait quelque chose, sans qu'il fut capable de se rappeller quoi. Une chose était sûre, ce n'était pas un de ses clients infortunés, il en aurait mit sa main à couper. Alors quoi ? Qui cela pouvait-il être. Ding alla jusqu'à laisser sa bière de côté pour se concentrer davantage sur l'homme en question ; après tout il n'avait rien de plus consctructif à faire en attendant le sorcier croate, n'est-ce pas. Ce regard noir, ce faciès inexpressif, qui semblait se foutre de tout ce qui l'entourait.. Ding se gratta la tête, agacé. Il avait son nom sur le bout de la langue. Puis, sans prévenir, ce fut l'illumination.

Bondissant sur ses pieds, l'escroc traversa à nouveau la salle en sens inverse pour rejoindre l'homme au long manteau, et il donna un coup de poing sur sa table alors que parallèlement, son visage s'éclairait d'un grand sourire enchanté avant qu'il ne tende la main à son vis-à-vis.

“Amycus ! Je sais que c'est toi ! Mec, comment t'as vieilli.. Alors comme ça t'es enfin sorti de.. d'Azkaban ?”

Mondingus connaissait Amycus Carrow depuis Poudlard où ils avaient étudié dans le même niveau, mais dans des maisons différentes. Il ne l'avait jamais beaucoup fréquenté, surtout que d'après les rumeurs, il faisait partie des serviteurs de Vous-Savez-Qui. Il avait été envoyé à Azkaban, mais s'il avait été libéré, c'est bien qu'il avait du abandonner, non ? Et puis, on ne croise pas un ancien condiciple tous les jours..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Jeu 22 Oct - 11:57

Amycus n'était pas du genre à trainer n'importe où pour faire n'importe quoi. Généralement, les endroits où il s'arrêtait étaient stratégiques, et le Death Eater ne laissait jamais rien au hasard. Surtout pas lorsqu'il s'agissait de sa vie. C'est aussi certainement pour toutes ces raisons qu'il s'isolait dans des endroits où il savait qu'il ne croiserait personne susceptible de le connaître quand il avait besoin d'être seul, et surtout pas des gens possédant le même tatouage que lui sur leur bras. Les Trois Balais était une destination idéale qui réunissait toutes les conditions qu'il recherchait. Parfois, il venait s'y isoler lorsqu'il était dans la région, et bien que l'établissement n'offre pas l'anonymat qu'il trouvait dans les tavernes de Londres, il pouvait se vanter d'avoir la paix et de ne pas attirer l'attention sur lui. Depuis la rentrée, il était néanmoins catalogué comme serviteur du Lord Noir et les regards auparavant affables étaient devenus beaucoup plus suspicieux, voilés d'un mépris qu'ils s'efforçaient tous de refouler, de peur de représailles à n'en pas douter. Mais ce n'est pas comme si Amycus s'était déjà encombré de l'avis de ses compatriotes. Allant et venant à sa guise, il n'avait cure des messes basses sur son passage ou des écarts que certains élèves faisaient en le croisant. Peu importait leur avis. L'important, pour lui, était de vivre en respirant l'air de la victoire. Installé dans un coin du bar en sirotant un verre de Whisky Pur Feu qu'il alternait avec une cigarette, le brun se mit à plancher sur son prochain cours. On n'aurait pas dit, comme ça, mais Amycus était du genre très organisé, et faire les choses dans l'ordre lui tenait particulièrement à coeur. Il n'aurait jamais pensé devenir professeur un jour, mais après tout c'est une expérience comme une autre qui pourrait se montrer bénéfique. Inculquer aux gosses quelque chose de positif pour sculpter leur potentiel, ça lui plaisait plutôt bien, comme idée. L'utilité. Enfin.

Les gens qui avaient le courage de l'aborder étaient rares, voire inexistants. Aussi, lorsqu'un péquenaud vint frapper sa table en faisant vriller dangereusement le cendrier, Amycus pensa tout d'abord à un débile qui, sous l'effet de l'alcool, comptait venir lui balancer ses quatre vérités dont il n'aurait cure. C'était juste dommage qu'il ait à sortir sa baguette pour si peu, lui qui pensait que la journée serait calme, tranquille et sans anicroches. Ce serait Voldemort qui serait content de voir ça. Relevant les yeux d'un air à la fois ennuyé et inexpressif – chose tout à fait difficile à faire – Amycus se surprit néanmoins à marquer un temps lorsque l'inconnu d'en face l'appela par son prénom en lui tendant sa main, arborant un air joyeux tout à fait incompréhensible. Il en était certain, il n'avait jamais vu un tel zig quelque part. Fronçant brièvement les sourcils, Amycus sembla néanmoins comprendre quelques morceaux du schmilblick lorsque son vis-à-vis lui parla d'Azkaban. Un ancien camarade de taule ? D'un bref coup d'oeil, le trentenaire pensa que cette possibilité était fort probable. Comparé à lui-même et à son costard trois pièces, le rouquin qui lui faisait face paraissait tout droit sorti d'un carton échoué sous un pont inconnu. Réprimant un soupir en se disant que, décidemment, c'était bien sa veine, Amycus snoba sciemment la main tendue de l'homme pour boire une gorgée de son whisky, calmement, époussetant ensuite la feuille recouverte de cendres inopinées. Il semblait vraiment avoir un aimant à boulet greffé dans son bide, ou alors sa chance habituelle l'avait abandonné. Dans les deux cas, il aurait préféré passer son après-midi tranquillement.

« Effectivement. Ça doit bien faire, laissez-moi réfléchir.. dix-huit ans, maintenant. À quelques mois près, évidemment. » répondit-il d'une voix placide et quelque peu narquoise, jetant un coup d'oeil en direction du bar où des regards virés sur eux commençaient à peser sur son dos. Haussant légèrement un sourcil à peine intrigué, Amycus se demanda diable pourquoi la tavernière et certains hommes observaient le rouquin inopiné avec une surprise teintée de crainte, comme s'ils étaient amis avec ce clochard et qu'ils avaient peur de le voir s'écrouler sous son propre joug dans les secondes suivantes. Reportant son attention sur le visage de l'homme, Amycus se dit que, non, vraiment, il ne l'avait jamais vu ni connu, et puis quand avait-il bien pu fréquenter un tel personnage ? Sûrement pas dans les rangs des Death Eaters, ni au Ministère. Passant outre cette question existentielle qu'il aurait de toute façon oubliée dans quelques instants, Amycus se replongea dans ses notes, persuadé que l'intrus allait repartir comme il était venu après sa réponse sèche et concise. Il ne manquerait plus qu'il s'incruste, tiens. Mais savait-on jamais, avec ces gens-là ; ils ont une morale un peu trop particulière pour qu'Amycus, terre à terre, cherche à les comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Jeu 22 Oct - 17:26

Mondingus n'en revenait pas. Amycus Carrow.. L'air enchanté, il le dévisagea un court instant, la main toujours tendue en avant. ll avait toujours le même visage, il n'en revenait pas de ne pas l'avoir reconnu plus tôt. Evidemment ils avaient vingt ans de plus, mais Mondingus fut étonné de voir qu'autant d'années de prison ne l'avaient pas abimé plus que ça. Lui-même n'y avait passé qu'un mois, mais il avait l'air d'un cadavre quand il en était enfin sorti ; il avait perdu au moins quinze kilos, avait des cernes de fou et une expression à faire peur. Azkaban avait cet effet là sur les gens. C'était purement horrible. De toute évidence, il n'y aurait pas survécu longtemps. Amycus lui était sans doute plus résistant qu'il ne le paraissait. Impressioné, Ding cilla néanmoins à la réponse de l'ancien Serdaigle.

"Mais non, ça fait plus longtemps que ça qu'on s'est pas vus, depuis la septième année." répliqua donc Mondingus qui n'avait visiblement pas compris le véritable sens de la phrase de son vis-à-vis ; il remarqua que l'autre ne souhaitait manifestement pas lui serrer la main mais ne s'en offusqua pas, après tout comme dit précédemment cela faisait plus de vingt ans qu'ils ne s'étaient pas vu. Une émotion à la fois.

Avec un nouveau sourire Ding tira la chaise située en face d'Amycus pour s'y assoir sans y avoir été invité, faisant un signe au serveur pour lui demander de lui apporter la même chose. Il connaissait assez bien le Serdaigle pour savoir que cela ne lui plairait sans doute pas, mais qu'à cela ne tienne ; Mondingus était quelqu'un de sociable, et seul un Mangemort aurait pu le rebuter. Mais après tout, Amycus n'en avait jamais vraiment été un, non ? Ding avait cette manie de traiter tous les gens qu'il croisait comme ses meilleurs amis, juqu'à ce qu'il se fasse généralement rembarrer assez violemment. Mais même ça, ça ne l'empêchait pas de recommencer.

"C'est marrant de te voir ici.." commença le rouquin en piochant dans le paquet de cigarettes qu'Amycus avait laissé sur la table, et qu'il alluma sans aucun scrupule avant de la porter à sa bouche.
"C'est rare de croiser des gens de Poudlard, je veux dire, quand on y était. Y en a un paquet qui ont claqué, mine de rien. Tout ça à cause de ces histoires.. Content de voir que t'as enfin arrêté ces conenries, entre nous j'ai toujours pensé que c'était se prendre la tête pour pas grand-chose, ces histoires de sang.. Alors, quand est-ce que t'es sorti ? J'y étais en juin, t'sais. Chaud. Y a eu une évasion de Mangemorts, j'en ai profité.. Sombre affaire." conclut-il en soufflant un petit nuage de fumée grise qui survola les cheveux d'Amycus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Ven 23 Oct - 14:08

La réponse de l'inconnu ne tarda pas à se faire entendre, et Amycus se laissa aller à un soupir affligé tandis que son dos s'affaissait légèrement, preuve de sa grande lassitude. Pourquoi est-ce que ça tombait toujours sur lui, hein ? Pourquoi ce jour-là ? Relevant lentement les yeux vers le rouquin qui souriait toujours comme un simplet satisfait de rencontrer l'ami qu'il n'avait pas vu depuis des années – ce qui, en fait, était vraiment le cas – Amycus l'observa baisser sa main et s'installer en face de lui en affichant une mine quelque part entre l'impassibilité et le patibulaire. Quelque chose qui, en temps normal, n'aurait pas invité qui que ce soit à boire un coup avec lui. Néanmoins, son esprit s'octroya un instant de gymnastique cérébrale lorsque la phrase 'septième année' atteint ses oreilles. Ce mec était donc un camarade de Poudlard ? Eh ben, on peut dire qu'il n'avait pas eu autant de chances que lui. Bien sûr, le fait de devenir Death Eater n'était pas quelque chose d'enviable en soi pour la plupart des gens, mais si rester du côté de la justice conformiste n'apportait rien d'autre que de se retrouver dans un tel état de déliquescence, Amycus préférait largement sa situation. Situation qu'il avait, de plus, désirée et choisie. Ignorant son vis-à-vis qui, déjà, se sentait assez à l'aise pour commander un Whisky Pur Feu à sa table, le brun descendit le sien en sentant son nez se plisser sous la brûlure que l'alcool infligea brièvement à sa gorge. Si le clochard pensait son statut privilégié du fait qu'ils soient allés à Poudlard ensembles, il se trompait : sa présence l'importunait autant que celle d'un touriste lambda. Mais Amycus n'était pas du genre à lancer des sorts à tort et à travers, du moins pas tant que sa patience ne soit poussée à bout. Et pour l'instant, ses nerfs n'étaient pas encore tout à fait mis à vif. Encore.

Ses yeux suivirent le mouvement des doigts de l'intrus lorsque ce dernier eut l'audace de lui piquer une clope, et il eut le réflexe de tirer sur la sienne pour ravaler les mots assassins qu'il aurait pu lui balancer à la tronche. Ce mec était un arriviste. Son culot lui coûterait la vie, un jour. À n'en pas douter. Et voilà qu'il se remit à parler, arrachant un rictus de désintérêt à Amycus. Sa vie lui était complètement égale, mais ce mec avait l'intention de la lui étaler en long, en large et en travers jusqu'à l'overdose. Sans compter que.. Haussant un sourcil, le professeur sembla enfin relever le quiproquo qui les liait, le rouquin et lui. Ce premier avait certainement crut que les dix-huit ans désignait le temps qu'ils avaient passés séparés sans se donner de nouvelles. Décidément, c'était bien sa veine. D'autant qu'il lui fallut quelques secondes de réflexion avant de déchiffrer le tissu de conneries qui lui présentait son vis-à-vis. S'il résumait, le rouquin le prenait pour un repenti ayant passé plusieurs années en prison auxquelles il devait sa prise de conscience. Pour la première fois depuis le début de cette interlude ubuesque, les lèvres d'Amycus s'arquèrent en un sourire amusé, effacé par la cigarette sur laquelle il tira avant de la stabiliser sur le bord du cendrier négligemment posé sur la table.

« Oui, c'était assez.. impressionnant. Mythique. » murmura-t-il avec une certaine suffisance. Son rôle dans cette affaire avait été capital : il avait été de ceux dont la baguette avait servi à lancer le sort d'explosion majeure. Bien sûr, c'était un risque à prendre, sachant qu'ils n'étaient pas tout à fait sûrs que Voldemort reprenne du poil de la bête ; se faire attraper était synonyme d'échec, à ce moment-là, et Amycus n'aurait pas pu s'en sortir aussi facilement que la première fois. Maintenant, c'était quitte ou double : les Death Eaters étaient au pouvoir, et rares étaient ceux qui ignoraient leurs identités. Mais la preuve était que certains irréductibles résistaient encore et toujours à l'envahisseur.. « Mais comme je l'ai déjà précisé, je n'ai plus aucuns souvenirs d'Azkaban depuis 1979. Je ne me sens plus concerné par ces histoires de prison. » conclut-il en se laissant embarquer dans cette conversation insensée. Oui, Amycus était avant tout un Homme comme un autre, et comme n'importe quel mortel, il entre volontiers dans un jeu grotesque de ce genre lorsque l'amusement est au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Ven 23 Oct - 14:28

Trop occupé qu'il était à déblatérer, Mondingus ne remarqua pas le changement d'expression du Mangemort, ni son très léger sourire en coin. Si cela avait été le cas, il aurait sans doute fait l'erreur de croire qu'il était content de le revoir. Sa remarque sur l'année de sa sortie de prison coupa cependant la chique du voleur, qui tira sur sa cigarette en plissant les yeux comme s'il faisait le calcul dans sa tête et que cela monopolisait une grande partie de ses neurones. 1979 ? Cela voulait-il dire qu'il était resté moins d'un an à Azkaban ? Lui qui était convaincu qu'il n'en était pas sorti depuis tout ce temps. Soufflant à nouveau sa fumée dans le visage d'Amycus en arborant cette fois lui ausi un petit sourire amusé, Ding lui décocha un regard qui se voulait sans doute complice, le style "toi et moi, on a connu la même chose", idée particulièrement stupide s'il en était mais qui faisait partie de la palette courante de ses expressions.

"Merde alors ! Ah, c'est vrai que ça date. J'me disais bien aussi que t'avais l'air en forme pour un type qui vient de se taper vingt ans, ça serait pas courant." Un temps de réflexion apparement intensedurant lequel il leva sa main libre pour gratter sa tête décoiffée qui faisait bien pâle figure à côté du brushing impeccable de l'ancien Serdaigle. "Moi j'ai toujours une tête de détérré, pourtant ça fait déjà trois mois que j'suis sorti. La torture ce truc. Avec tous ces allumés qui hurlent à la mort autour.. Et les détraqueurs.. Pour une fois, j'remercie Tu-Sais-Qui d'avoir mis son nez là-bas pour libérer tous ces psychopates, je préfère être dehors avec eux qu'à l'intérieur." ricana-t-il en portant une nouvelle fois le tube de tabac à ses lèvres. Ce souvenir le fit frissonner. Manifestement il n'avait pas put entrevoir ceux qui avaient fait exploser le mur, auquel cas il n'aurait sans doute d'ailleurs pas abordé son ancien camarade..

"Mais t'étais où pendant tout ce temps ? Tu bosses dans quoi ?" enchaîna-t-il tout naturellement la seconde d'après, l'air intéressé, alors que le serveur au tablier blanc immaculé posait un verre de Whisky juste devant lui au même moment. Mondingus lui fit d'ailleurs un signe de tête pour le remercier avant de rapporter une nouvelle fois son attention sur Amycus, son regard glissant sensiblement vers les feuilles étalées sur la table. L'ecriture de son vis-à-vis était petite et entassée, et d'où il était il ne parvenait pas à déchiffrer quoi que ce soit, mais une chose était sûre ; il avait l'air d'écrire un véritable roman. La seule fois de la semaine où Ding touchait à une plume, c'était pour faire ses comptes. Si il ne tenait pas autant à son argent, il s'en serait d'ailleurs bien passé.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Dim 25 Oct - 11:18

Préférant sciemment ignorer le regard complice du rouquin, Amycus se replongea dans ses notes en écoutant d’une oreille pas vraiment intéressée mais du moins attentive – ce qui, en soi, était déjà pas mal de la part d’un mec comme lui. En temps ‘normal’, le rouquin aurait très certainement parlé dans le vide. Quant à savoir s’il se serait obstiné, ça.. Vu le numéro que ça avait l’air d’être, le Death Eater pensait que oui, très certainement, celui-ci aurait poussé le burlesque jusqu’à monologuer en lui taxant clope et oxygène. Reprenant d’ailleurs son discours là où il l’avait laissé, son vis-à-vis s’extasia sur sa forme avant de raconter sa vie en bonne et due forme, c’est-à-dire de manière totalement inintéressante. Amycus n’avait aucune compassion pour les mecs qui méritaient ce qu’ils avaient cherché, et un coup d’œil à cet ancien camarade lui suffisait pour qu’il pense que son séjour à Azkaban n’avait pas été volé. Quand on se trimbalait avec une dégaine pareille, il ne fallait pas non plus s’étonner d’être catalogué dans la colonne des gens pas vraiment fréquentables. Néanmoins, le rouquin trouva les mots qu’il fallait pour faire tiquer Amycus, et celui-ci se figea une seconde avant de relever les yeux vers son interlocuteur, intrigué. Dés qu’il était question de son Maître, l’ancien Ravenclaw avait tendance à être beaucoup ouvert et surtout réceptif. Oh, certes, c’était une attitude qu’il feignait régulièrement, surtout auprès de ses collègues à Poudlard comme au Manoir Malfoy, mais ça, cet inconnu n’était pas censé le savoir, n’est-ce pas. Enfin, son intérêt fut de courte durée, puisque le rouquin, mal à l’aise avec ces mauvais souvenirs, passa à un tout autre sujet qui eut l’honneur d’arracher un sourire en coin à Amycus. Ce dernier lâcha d’ailleurs sa plume pour s’étirer sur sa chaise, captant du coin de l’œil un regard du serveur qui s’empressa de le baisser, se retirant peu après avoir posé le verre. Lâche.

« Hmm.. J’ai bossé au Ministère pendant pas mal de temps. Maintenant, je suis Professeur à Poudlard. » lâcha-t-il de but en blanc en ramenant ses bras à lui, ramenant ses feuilles à lui pour les organiser en un tas homogène de façon à ne pas perdre sa chronologie et donc le sens de son cours. Il releva ensuite les yeux vers le trentenaire pour les plonger dans les siens, haussant légèrement un sourcil dans une espèce de provocation voilée. Il n’était pas sûr que ce mec allait relever ce qu’il sous-entendait. Il n’empêchait qu’il trouvait ça plutôt drôle, de jouer avec le malentendu et le manque de connaissances de ce clodo. « Vous n’êtes sûrement pas sans savoir que le Seigneur des Ténèbres a pris le contrôle sur l’école, j’imagine. » rajouta-t-il d’une voix beaucoup plus trainarde, s’obstinant à donner des indices à son vis-à-vis en se demandant intérieurement s’il allait bien pouvoir relever le faux du vrai. Quel péquenaud oserait appeler Voldemort par ce patronyme ? Pas grand-monde. Ils étaient plutôt du genre à se compliquer la vie et à se noyer le cerveau dans des formules compliqués. ‘Vous-Savez-Qui’, ‘Celui-dont-on-ne-droit-pas-prononcer-le-nom’.. Des conneries. S’ils avaient eu une paire de couilles, tous autant qu’ils étaient, ils n’auraient sûrement pas hésité à gueuler le véritable nom du Lord. S’ils savaient à quel point ça pouvait le déstabiliser, lorsque le nom de Jedusor était lancé négligemment dans la conversation, ils n’hésiteraient sûrement pas à s’en servir comme arme.
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Lun 26 Oct - 14:53

"Hmm.. J'ai bosé au Ministère pendant pas mal de temps. Maintenant, je suis Professeur à Poudlard."

Ca, ça lui en colla une, à Mondingus. L'air impressionné, il haussa les sourcils, scrutant le visage d'Amycus comme 'il cherchait à savoir si celui-ci lui faisait une blague. Professeur ? A Poudlard ? C'est un poste de prestige en soi.. Mais qui choisirai ça plutôt que le Ministère ? Cela laissa Ding assez perplexe. Bien sûr, tout dépendait de ce qu'Amycus y faisait. Il se souvenait qu'à l'époque, c'était déjà un très bon élève. Pas étonnant finalement qu'il ait fini si haut gradé. Mondingus lui-même estimait qu'il occupait une place de premier choix dans la hierarchie de ce monde, et s'il avait du placer Amycus sur une échelle correspondante, il n'aurait sans doute pas été très loin derrière lui.

Leurs regards se croisèrent et l'ancien Serdaigle arbora pendant un centième de seconde une expression assez étrange que Ding, qui se voulait pourtant expert en la matière, ne parvint pas à déchiffrer. Amycus reprit en lui rappellant que Voldemort avait pris le contrôle de Poudlard. Ca oui, il était au courant. C'était d'ailleurs un peu triste à dire pour tous les gens qui y passeraient sûrement, mais Mondingus voyait ça davantage comme une relance de ses affaires que comme un véritable mal en soi.

Il acquiéça avec gravité, détachant un instant la cigarette de sa bouche pour y porter son verre qu'il vida à moitié en une seule gorgée.

"J'en ai entendu parler.. T'as des idées bizarres d'ailleurs. Vouloir être prof alors que.."

L'escroc s'interrompit soudain, conscient que quelque chose clochait. Personne, personne ne voudrait s'engager comme professeurs pendant une période de crise comme celle-là. Personne. Sauf les membres de l'Ordre, qui pouvaient y trouver leur compte en tant qu'espions ou protecteurs des gosses au Sang Impur, mais c'était impossible qu'Amycus en fasse partie puisque Ding en connaissait tous les partisans. Alors.. Serait-ce parce que ?...

Relevant lentements les yeux vers son vis-à-vis, il se surprit à ciller de surprise devant ce qu'il croyait être une lueur d'amusement dans le regard de l'autre. Non. Putain, si c'était ça, il n'avait vraiment pas de chance. Lui qui fuyait les Mangemorts comme la peste..

L'air soudain nerveux, Mondingus ressera sensiblement ses doigts autour de son verre sans voir la cendre qui se détacha de son mégot pour atterir sur les feuilles de cours d'Amycus. Avec un petit reniflement involontaire, le charlatan tenta de se rassurer lui-même en se disant qu'après tout, il avait peut-être mal compris. Ce ne serait pas la première fois.

"Et, euh.. Qu'est-ce que tu enseignes ?" continua-t-il donc, l'air de rien, en écrasant définitivement sa clope dans le cendrier dans un geste mal mesuré qui faillit renverser son verre au passage.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Lun 2 Nov - 10:34

L'air impressionné du rouquin eut l'honneur d'amuser davantage encore si c'était possible Amycus qui, décidément, se complaisait dans ce rôle de donneur de devinettes. Néanmoins, le rouquin acquiesça avec gravité ses propres mots, et, un instant, le brun pensa que toute cette mascarade n'aurait servi à rien. Il ne semblait toujours pas avoir tilté. Dommage.. Amycus commençait à trouver le tournant de la conversation excessivement intéressant, autant dire que s'il repassait sur quelque chose de plus superficiel, il n'était pas certain de vouloir suivre le rythme une nouvelle fois. Baissant les yeux sur ses feuilles bien rangées qui, semblait-il, étaient terminés, le Death Eater esquissa un geste dans l'intention évidente de les ranger dans son sac lorsque son vis-à-vis reprit la parole. Et s'interrompit en plein milieu, semblant soudainement réaliser. Interrompant son mouvement, Amycus reporta son attention sur l'intrus décidément bien original pour apprécier, savourer, l'expression changeante de ce dernier. Et c'était le mot. Le brun semblait s'imprégner totalement de ce que son vis-à-vis dégageait, et, en règle générale, il possédait une espèce d'empathie qui lui permettait de profiter au mieux des ressentiments des autres. Cette règle exceptionnelle semblait particulièrement lui saillir lorsque les personnes qui l'entouraient dégageaient de la méfiance, de la peur et de la panique. Actuellement, c'était exactement ce qu'il se passait. Et Amycus, se redressant, semblait se rassasier de ce qu'il captait, de ce qui électrisait l'air, tandis que le rouquin s'affaissait clairement sur sa chaise, écrasant nerveusement sa cigarette en serrant son verre comme s'il représentait une corde de sortie. Il avait la politesse et la décence de vérifier sa pensée insensée. C'était presque mignon.

« J'étais.. particulièrement bon doué en Sortilèges et en Défense contre les Forces du Mal à Poudlard. J'ignore si vous avez pu en être témoin. » commença-t-il doucement en attrapant son tas de feuilles à deux mains, les levant au niveau de son visage pour souffler sur les cendres qui voletèrent vers le visage du rouquin, frôlant son visage avant de retomber mollement sur le sol. Les feuilles, elles, trouvèrent leur place dans le sac d'Amycus. Celui-ci, excessivement calme, reporta son attention sur son vis-à-vis pour lui adresser un sourire peut-être trop compatissant pour être spontané. Mais au moins, il faisait l'effort de vouloir mettre son ancien camarade à l'aise. Ou pas, d'ailleurs, mais tout dépendait du point de vue, n'est-ce pas. « J'enseigne désormais quelque chose d'infiniment supérieur à ces deux matières réunies.. » reprit-il en s'étirant une nouvelle fois, désinvolte, avant de redresser sa manche gauche et se gratter l'intérieur du coude, révélant ainsi sa Marque des Ténèbres. Oh, c'est vrai, il aurait pu être un Death Eater repenti. Mais la marque ressortait beaucoup trop pour avoir été négligée durant des années, et il était évident qu'Amycus l'avait mise en avant sciemment. De plus, être professeur à Poudlard aurait été suicidaire si, vraiment, il avait cru juste de revenir sur ses opinions. Voldemort n'aurait pas hésité à le tuer, n'est-ce pas ? « Le Seigneur et moi-même nous sommes mis d'accord sur une appellation : l'Art de la Magie Noire. »

Ses yeux semblaient briller d'un éclat on ne peut plus malsain tandis qu'il surveillait son petit effet. Il jubilait, c'était indéniable. Mais il n'allait pas laisser partir le rouquin comme ça ; oh non, pas maintenant. On ne le cherchait pas impunément. Quand Amycus trouvait un cobaye pour s'amuser, il ne le lâchait pas de si tôt. Et puis, ça lui changeait des élèves. De plus, il ne saurait dire pourquoi, mais il ressentait une espèce de complicité envers ce supposé inconnu ; qui sait, peut-être avait-il été proche dans un passé lointain. L'attachement et l'amitié d'Amycus étaient difficiles à obtenir, mais une fois qu'on l'avait dans la poche, l'ancien Ravenclaw ne revenait jamais sur sa parole. Jamais. D'où sa fidélité inébranlable avec le Seigneur des Ténèbres. « Pardonnez mon impolitesse, mais.. J'ai du mal à vous replacer. Vous êtes ? » demanda-t-il négligemment en vidant son verre d'une longue gorgée, les lèvres constamment arquées désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Mar 3 Nov - 8:52

Quand Amycus cita la Defense contre les Forces du Mal et les Sortilèges, Mondingus sentit une infime, très infime bulle d'espoir grandir au creux de son estomac. Celle-ci explosa cependant la seconde suivante alors que le Serdaigle relevait négligeamment sa manche, et Ding eut un mouvement de recul qu'il n'eut pas la présence d'esprit de dissimuler. Il sursauta d'ailleurs si fort que cette fois il lâcha bel et bien son verre, celui-ci allant se briser sur le sol dans un bruit strident qui couvrit partiellement le hoquet de surprise que le voleur ne put s'empêcher de retenir. En temps normal on aurait du entendre Mme Rosmerta brailler comme quoi elle ne voulait pas qu'on brise sa vaisselle, surtout s'il s'agissait d'une bourde de Mondingus ; cette fois cependant personne ne leva les yeux vers leur table, tout le monde semblant particulierement concentré sur ce qu'il était en train de faire. Qui de continuer à boire, qui de continuer sa discussion comme si rien ne s'était passé. En vérité, ils avaient tous bien trop peur pour oser s'interposer, ou même ne serait-ce que se faire remarquer. Deux ou trois personnes sortirent d'ailleurs de l'auberge du plus discrètement qu'ils purent, passant derrière Mondingus qui lui, sentait une sueur glacée qui commençait à couler dans son dos. Il ne parvenait pas à y croire. Les yeux fixés sur la Marque des Ténèbres qui ornait tel un blason le bras de son ancien condisciple, le rouquin avala sa salive avec difficulté.

"Le Seigneur et moi-même nous sommes mis d'accord sur une appellation : l'Art de la Magie Noire." reprit négligeamment Amycus, sur le ton que n'importe quel quidam aurait employé pour parler du temps qu'il faisait ce jour-là.

Mondingus n'en menait pas large. Manifestement il aurait vendu père et mère pour être ailleurs au même moment, plutôt qu'assis à la même table qu'un Mangemort déclaré. Un Mangemort à qui il avait taxé une clope, qui plus est. Restait à savoir si Amycus était du genre à jeter des sorts impardonnables pour si peu..

Tentant de se reprendre, Ding se racla la gorge. Amycus l'observait avec une étrange lueur dans le regard. Quelque chose de pervers, d'affamé. C'était affreusement malsain. Et, bizarrement, Ding avait l'impression qu'il ne le laisserai pas partir de sitôt. Pas maintenant qu'il l'avait traité aussi familièrement.. Il songea pourtant à lui sortir une excuse quelconque, comme quoi il avait quelque chose sur le feu ou un client qui l'attendait (ce qui n'était pas vraiment faux), mais il y renonça avant même d'avoir essayé. Le pouvoir qu'avaient les serviteurs des Ténèbres sur les gens était purement effrayant, et Mondingus ne pensait pas qu'il le laisserait filer s'il en avait décidé autrement. Autant continuer à discuter dans ce cas, il ne prendrait tout de même pas le risque de s'attaquer à lui dans une taverne pleine à craquer.. Si ?

"Je.. Mondingus Fletcher." répondit-il donc d'une voix un peu cassée, qu'il rattrapa en se raclant une nouvelle fois la gorge. "Serpentard.. Même année que toi. On était en cours ensemble."

Ce qui semblait gêner le plus le voleur, c'est qu'il n'avait plus rien à quoi se rattraper ; ni verre ni cigarette. Pour donner le change, il dégrapha le col de sa veste. Puis, comme s'il voulait se donner une nouvelle contenance, il ajouta :

"En sixième année tu étais préfet et tu m'avais mis en retenue pendant deux semaines parce que j'avais vendu des bouteilles de Whisky pur Feu à des Poufsouffle. Du Whisky comme ça." précisa-t-il en tendant un doigt un peu tremblant en direction du verre que tenait encore Amycus. En revanche, sa voix elle ne tremblait plus.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Sam 7 Nov - 22:38

Si Amycus cilla au bruit assourdissant du verre brisé, il ne sembla pas réagir outre mesure. Son expression prédatrice et amusée ne faillit pas un seul instant, et ses yeux, rivés sur ceux du rouquin, ne semblaient pas vouloir lâcher prise ; du moins, pas pour le moment. Dans la mythologie grecque, Amycus était un Roi qui provoquait en duel tous les étrangers qui osaient entrer sur son territoire. Il était présumé imbattable, et rares étaient ceux qui ne mourraient pas sous son joug. Son royaume était en autarcie, et il réglait les affaires nationales d'une main de maître. Laissant entendre un ricanement nasal tandis que son vis-à-vis gardait les yeux rivés sur son bras, le brun ne tarda néanmoins pas à remettre sa manche en place pour se redresser, vidant son verre d'une gorgée avant de le poser sur la table, laissant néanmoins sa main autour de lui. Les jeux les plus savoureux étaient les plus courts, et le Death Eater semblait s'être rassasié de celui-ci. Un mot de conclusion, et il n'allait certainement pas tarder à se retirer. Amycus avait cette particularité agaçante de se lasser de tout très vite, non pas par manque de patience (Dieu seul savait à quel point il l'avait conséquente), mais plutôt par manque d'intérêt. Compatissant – ou pas – face la détresse de son interlocuteur, le professeur attrapa son paquet de clope et le tendit à l'homme qui n'en menait pas large et qui, manifestement, aimerait désormais être n'importe où sauf assis à cette table en face d'un ancien Ravenclaw reconverti en psychopathe au service d'un Mage Noir. Qui sait, peut-être que se raccrocher à un objet lui donnerait un peu plus de confiance en lui, comme il s'agrippait à son verre quelques secondes avant de le laisser tomber par terre. À ce propos, personne n'osa les regarder ou intervenir. De nouveau, Amycus leur lança, à tous, un regard à la fois méprisant et supérieur. Il avait toujours eu tendance à mépriser les gens qui s'écrasaient.

Le rouquin reprenant la parole, l'ainé reporta son attention sur celui-ci avant de ciller, sa matière grise fonctionnant à mille à l'heure. Mondingus Fletcher.. Serpentard.. Cillant doucement tandis qu'il affichait une mine soucieuse et concentrée, Amycus rechercha dans ses lointains souvenirs un rouquin qui porterait ce nom. Baissant brièvement les yeux sur son verre lorsque son vis-à-vis le désigna lorsqu'il lui donna à son tour des indices pour le replacer dans ses milliers de réminiscence, Amycus se figea soudainement avant de relever vivement les yeux vers Mondingus, n'en revenant pas. Il ne connaissait, ou du moins n'avait pas de souvenirs de lui en tant que Mondingus, mais c'était normal. Parfaitement normal. S'il se souvenait de ce zouave ? Évidemment ! Un charlatan de première classe, un roublard incontesté qui lui avait parfois rendu des services lorsqu'il était dans le besoin dans ses élucubrations insensées à la recherche du Seigneur des Ténèbres. Ils n'étaient pas réellement amis, mais si Amycus devait placer un mot sur leur relation, alors ce serait quelque chose qui s'en rapprocherait. Si le brun songeait à le croiser ici, alors ! Lui qui le pensait mort et enterré depuis un sacré bail. « Ding ! Seigneur, on ne peut pas dire que le temps t'a été bénéfique. » lança-t-il, désinvolte, en reposant enfin son verre, le sourire qu'il arborait désormais n'ayant plus rien d'effrayant. Ding aurait aisément pu le qualifier d'heureux, mais simplement parce que le contraste avec son expression précédente était énorme. En d'autres circonstances, Amycus aurait paru faussement sympathique, tout au plus. Mais il ne fallait pas trop lui en demander non plus. « Je pensais que tu étais cané depuis un bail. Alors, toujours un escroc ? C'est drôle, tu ressembles à un ours. » lâcha Amycus, visiblement de bonne humeur, avant de s'interrompre pour observer son vis-à-vis avec un peu plus de concentration. « Un ours roux anorexique. » rajouta-t-il, ponctuant sa phrase d'un léger rire amusé, avant d'héler le serveur et de lui commander deux nouveaux verres. Amycus était aussi un Roi qui savait accueillir ses amis autour de sa table, et qui privilégiait ses relations avec autant de jubilation qu'il achevait ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Sam 14 Nov - 22:17

Les secondes s'égrénaient, et Amycus le scrutait toujours, comme s'il tentait de replaçer le visage du voleur sur l'anecdote qu'il venait de lui raconter. Le rouquin ne cessait de ciller comme si chaque battement de paupières le rapprochaient d'une quelconque échappatoire. Finalement, un léger, très léger éclair barra le regard du Mangemort, et ses sourcils se réhaussèrent comme si, enfin, il retrouvait sa place dans sa mémoire.
Ding eut l'air d'hésiter, comme s'il n'était pas certain qu'Amycus soit content de le reconnaître ou non. Il était d'ailleurs trop effrayé pour être vexé quand au fait qu'il ne se souvienne pas de lui ; actuellement il regrettait surtout de ne jamais avoir pensé à écrire son testament, mais il réalisa l'instant suivant que de toute façon il n'avait rien à léguer à qui que ce soit, aussi l'oublia-t-il aussi sec.
Enfin son visage s'éclaira d'un soulagement non négligeable quand la bouche d'Amycus s'étira en un sourire plus pacifiste, alors qu'il l'appellait par son diminutif. Il se souvenait bien de lui, finalement !
L'escroc ne put retenir un petit soupir en saisissant le paquet de cigarettes que l'autre lui tendait depuis un bon moment. Actuellement, il en avait bien besoin.

Il était vrai qu'il n'avait jamais été de ceux qui suivaient Amycus comme son ombre, qui l'admiraient ou qui le trouvaient simplement bandant, mais il l'avait apprécié, ça c'était certain. Le calme et l'autorité naturelle qu'il exercait déjà à l'époque étaient relativement impressionants, et Ding, s'il n'avait jamais réussi à l'embobiner une seule fois, avait consentit à le traiter comme un égal dés le jour où Amycus avait accepté avec un peu moins de mépris que les autres, sans qu'il sache cependant pourquoi. Personnellement il lui en avait voulu pour la retenue, mais c'était tout. Juste après avoir quitté Poudlard il se souvenait avoir entendu qu'Amycus Carrow avait été envoyé à Azkaban pour complicité avec le Seigneur des Ténèbres, et cela l'avait autant peiné qu'étonné. Il n'aurait jamais soupçonné le Serdaigle d'une telle chose. Et puis, les Serdaigles sont sensés être dans le bon camp, n'est-ce pas ?
Il semblait pourtant s'être déjà trompé à l'époque. Le comportement des autres clients de l'auberge et la marque sur le bras du brun en étaient la preuve. Avec un nouveau soupir Ding alluma sa cigarette, et réprimma une quinte de toux quand Amycus lui avoua avoir cru qu'il était mort.

"Je.. Ouais j'sais bien, mais j'ai pas pu mener la barque pendant un moment à cause d'Azkaban alors j'ai un peu tout perdu." se justifia-t-il en écartant les bras, un sourire amusé sur le visage, contrastant étrangement avec ses propos. Pour Ding, rien n'était jamais grave, pas même le fait d'être comparé à un ours anorexique. Il avait retrouvé sa fougue et son expression habituelles, un peu comme si le passage où Amycus avait eut l'air de vouloir l'étriper n'avait jamais eut lieu. Mondingus se détendit.

"Les gens sont de vrais charognards.. Mes gars se sont disputé les affaires quand je suis parti, et ils se sont entretués, ces cons-là. L'en restait qu'un, mais il est parti avec le pognon. Crois-moi, quand j'le retrouverai.."

Là, le clochard se passa un pouce sous la gorge dans un geste assez éloquent qu'il agrémenta pourtant d'un couinement pitoyable, sûrement pour l'effet de style. Mondingus Fletcher n'avait jamais tué personne et il ne le ferait sans doute pas uen seule fois dans toute sa vie, il n'était d'ailleurs même pas rancunier pour deux noises, mais son échange avec Amycus semblait le pousser à baratiner plus que nécéssaire. Peut-être pour s'aider à anihiler complètement son angoisse. Après tout, il restait un Mangemort, qui n'avait pas peut de s'exhiber.. Il y aurait presque eut de quoi regretter la répression du Minitère. Quoi que.

Le serveur arriva et posa deux nouveaux verres sur la table, ne pouvant s'empêcher de jeter un regard étrange à Mondingus, qui était relativement connu dans les parages. Lui, forniquer avec un mage noir ? Il allait bientôt passer pour une victime de l'Imperium, voilà qui ne serait sûrement pas bon pour sa réputation.
S'en foutant pourtant comme de la première révolte gobeline, Mondingus porta le Whisky à sa bouche avec sollicitude.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Mar 17 Nov - 11:11

Machinalement, Amycus referma son paquet de cigarette d’un mouvement de poignet et le rangea à sa place légitime, à savoir la poche avant de son sac. Il n’était pas dupe, et savait que la tension émanant de Mondingus était tout autant due à la gêne qu’au soulagement que ce dernier ressentait paradoxalement. Alors, quoi ? Devrait-il s’excuser ? Non, ce n’était vraiment pas dans ses habitudes. Et puis, s’excuser de quoi ? Amycus avait été prudent, intelligent et tactique : silencieux, discret m ais efficace. Néanmoins, il n’avait jamais vraiment caché ses penchants pour la Magie Noire ; au contraire, en fait. Leurs professeurs de l’époque l’avaient notés, et Amycus ne comptait plus les discours sacro-saints qu’il avait dû essuyer. Mais avouez que l’appel du danger, l’assouvissement d’un phantasme, mieux, d’une idéologie, avait quelque chose de plus grisant et carrément de plus excitant qu’une vie rangée, ordonnée et calculée au karma. Le sien avait toujours été sombre, de toute façon. La question n’était même pas là, de ce fait : il était naturellement destiné à une telle vie, à flirter avec le Mal et à épouser les idées révolutionnaires. Rien n’impliquait que le changement fut positif pour la majorité, n’est-ce pas ?
Autant dire qu’il avait complètement oublié l’épisode du Whisky Pur-Feu à Poudlard. Amycus avait ses priorités.

Davantage détendu, Mondingus se défendit de ses accusations en justifiant son passage forcé à Azkaban. L’observant de la tête au pied – ou plutôt de la tête au buste, merci à la table – Amycus, soudainement bien plus intéressé par son vis-à-vis qu’il n’avait jamais pu l’être depuis le début de cet interlude, se demanda pour quelle raison il avait pu atterrir à la prison des sorciers. Ce fut une aventure récente, si l’on en croyait ses précédents dires. Et comme le brun l’avait songé, vu sa dégaine, il n’avait pas dû voler son atterrissage expédié sans passer par la case départ ; néanmoins, quelque chose de nouveau clochait. Peut-être sa nouvelle intrigue vis-à-vis de ce phénomène. Car oui, le temps passant, les morceaux du puzzle se remettait en place d’eux-mêmes, modélisant un souvenir de plus en plus précis dans l’esprit d’Amycus. Mondigus, plus connu sous le surnom de Ding, était un Slytherin qui se croyait plus malin que les autres, et plus particulièrement que lui – ce fut d’ailleurs la plus grande erreur de sa scolarité, si vous voulez son avis. Hormis les retenues qu’il lui avait collé en personne, Amycus ne se souvenait pas du nombre exact de fois où la délation avait été sa plus fidèle compagne lorsqu’il s’agissait du rouquin, mais il se révélait faramineux. S’il se retrouvait au courant, l’homme qui lui faisait face aurait sûrement été beaucoup plus réticent, mais Amycus avait une manière particulière de signifier son amitié. En châtiant particulièrement bien ceux qu’il aimait, par exemple. Si une étiquette devait lui coller à la peau, ce serait celle-ci, sans aucuns doutes. Mais il divaguait, et, déjà, Mondingus lui rapportait ses petits problèmes personnels du moment.

Lentement, un sourire complice prit place sur les lèvres d’Amycus lorsque celui-ci lui parla d’escrocs charognards et de vengeance. Le rouquin n’était évidemment pas sérieux, et le Death Eater était le premier à le savoir, certainement. Quelques années n’effaçaient certainement pas la complicité qu’ils avaient réussi à nouer, n’est-ce pas ? Mais rien ne laissait supposer que Ding, malgré leur amitié atypique, avait réussi à capter les nuances de ses expressions, surtout lorsque celles-ci étaient feintes. Et son expression actuelle, sibylline pour les péquenauds du Monde magique, devait aussi l’être pour le rouquin qui devait avoir du mal à déceler l’humour dans les traits désormais détendus du brun. Qu’importait ? Après tout, ce dernier avait aussi le droit de s’amuser un peu, non ? De manière moins fourbe, ceci dit, et la désinvolture qui abandonna ses gestes lorsqu’il se saisit de son verre pour boire une gorgée de Whisky en fut une preuve non négligeable. Amycus jouait énormément sur les apparences, et ses amis, rares, étaient les premiers à le deviner. Deviner uniquement, n’est-ce pas. Lorsqu’ils avaient un minimum de jugeote, évidemment, et ça ce n’était pas toujours gagné. « On vous enseigne ce genre de remontrances, chez vous ? » lança-t-il, provocateur mais non moins pas menaçant. L’allégeance de Mondingus envers Dumbledore n’avait jamais été un secret pour personne, et encore moins pour Amycus qui savait à quel point le vieux avait joué de ses relations pour lui enlever toutes idées d’annihilation impure de son crâne. Mais, aussi impartial qu’il était, Amycus n’arrivait pas à être totalement neutre, dans cette histoire. « Il me semble être populaire pour ma maîtrise personnelle mais non moins efficace du Doloris.. C’est pas dans mes habitudes mais si t’es prêt à m’offrir un bon prix. » rajouta-t-il en arquant cette fois-ci ses lèvres en un léger sourire carnassier. Humour particulier ? Certes, certes. Mais il ne fallait pas être archéologue pour capter la lueur mutine de ses yeux. Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   Mer 18 Nov - 17:49

Quand on était pas directement menaçant avec lui, Mondingus vous considérait donc spontanément comme un de ses meilleurs amis. C'était comme un tic, il n'y pouvait rien. Il faisait d'ailleurs trop facilement confiance, et cela lui avait joué des tours plus d'une fois ; par exemple, un jour, il avait confié à un complice la monnaie d'échange nécessaire à un deal particulièrement compliqué qui incluait des Strangulots, des Sisymbes cueillits à la pleine Lune et donc hors de prix et deux ou tois Vélanes spécialisées dans le marchandage de leurs corps. Ce complice s'était barré avec le fric et les Vélanes sans même crier "Gare !", et Mondingus s'était retrouvé en bien mauvaise posture face aux commenditaires de deal. Ils avaient pourtant retrouvé le fuyard et l'avaient pendu haut et court à un lampadaire (c'était des moldus, aucune subtilité), épargnant Ding qui n'avait manifestement rien à voir dans cette histoire. Il s'était passablement fait arnaquer quand même parce qu'ils avaient cru utile de lui infliger quelques tortures superficelles pour cette trahison invoulue, d'autant plus qu'ils n'avaient pas payé parce que, d'après eux, ils n'avaient pas respecté leur engagement. Tout ça à cause de cet abruti qui avait fantasmé sur les Vélanes. Fantasmer sur des Vélanes ! Il faut bien être un adolescent retardé pour s'approcher de telles femmes. Mondingus ne s'y risquerait d'ailleurs jamais lui-même, ça il en était certain. Il avait entendu dire que les Vélanes étaient les femmes-cambrioleuses les plus douées du monde ; il leur suffisait d'user d'un centième de leur charme pour obtenir ce qu'elles souhaitaient directement de la main des hommes, si tant est que la femme attitrée de cet homme n'est pas dans les parages avec une poële à frire sous la main, sinon ça pouvait faire des dégâts.

Bref.

"Chez nous ?" répéta le rouquin sans comprendre à quoi Amycus faisait allusion, mais il supposa qu'il parlait de son "camp", si l'on pouvait le nommer ainsi. Ou alors, il pensait peut-être simplement aux gens normaux, ceux qui ne sont pas psychopates et qui ne se font pas tatouer des serpents sur les avant-bras. Allez savoir.

Les nombreuses punitions que le Serdaigle lui avait imposées bien des années plus tôt, Mondingus les avait pour ainsi dire oubliées. Lui ne gardait en mémoire que le grand bonhomme avec la cravate bleue et bronze toujours impeccablement lissée, le brushing parfait et les notes exemplaires. A l'époque, il ne pouvait pas piffer les gens comme Amycus, exception faite d'Amycus lui-même. Malgré sa façon de prendre les gens de haut quel qu'ils soient, il gardait une prestance indéniable, qui en avait fait baver plus d'un, ou une. Beaucoup de une, en fait, mais ça. Mondingus, lui, le considérait simplement comme un très bon préfet. Et il pouvait lui mettre un nombre incalculable de retenues, cela n'amoindrissait aucunement la certaine affection qu'il lui portait. Etrange autant qu'étrange, n'est-ce pas ?

Lorsque le mangemort cita cependant le sortilège de Doloris, Ding faillit avaler son whisky de travers. Il lui sembla d'ailleurs que deux ou trois nouvelles personnes s'éclipsaient du pub sans demander leur reste. L'évocation des enchantements interdits avait cet effet sur les gens.

L'escroc se redressa, un sourire légèrement faussé ornant à nouveau le coin de ses lèvres. On pouvait presque sentir la nervosité émaner de lui.

"Te donnes pas cette peine mec, mais merci bien. J'aime pas tellement ce genre de choses. Bon okay, c'est une ordure, mais.. Non sincèrement, non, j'préfère pas."

Lui aussi, à la réflexion, ça avait l'air de l'angoisser. Un peu à la manière qu'on les gens de tréssaillir en entendant le véritable nom de Voldemort. Bouh.

Léger raclement de gorge viril. Ding finit une nouvelle fois son verre en fermant les yeux, comme s'il priait pour qu'Amycus ne cherche pas à déverser son Doloris du jour par tous les moyens, et notamment sur sa propre personne. Ce serait quand même con.

"C'est quand même drôle de te revoir.." (Tout le monde notera le changement de sujet rapide et volontaire.) ".. J'veux dire, ça fait quand même un bon moment. Sinon euh, ça va ? T'es marié tout ça ? J'te vois bien avec des gosses, toi. Des mini-mecs en costards avec la même coiffure que toi. Oh, eh.. Ce serait quand même un peu le bad."

Se marrant tout seul aux images qui s'imposaient à son esprit, Mondingus commanda presto un nouveau verre, et le serveur s'exécuta dans la seconde comme s'il avait peur de ce qui pourrait lui arriver dans le cas contraire.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deathly meeting [Amycus Clover]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deathly meeting [Amycus Clover]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2&3oct]Meeting a blanes (BCN) (esp)
» [18 AVRIL] 4eme meeting de passion tuning 28 , à chartres ,
» MEETING TUNING AVIGNON MOTOR SHOW
» [31 mai] meeting du STC74 Chens sur Léman (74)
» [3 Oct] Meeting du Demoniac West Car à Agen (47)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Noctem :: A cup of Ogden's Old Firewhisky ? :: » Archives des RPs. :: • Terminés-
Sauter vers: