Il n'y a que le pouvoir, et ceux qui sont trop faibles pour l'obtenir. | Période jouée; post-septième année alternative.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Lun 13 Sep - 16:48

Tout d'abord, il avait senti tous ses membres s'engourdir, comme si l'air autour de lui s'était subitement changé en gelée ; son souffle s'était glacé dans sa gorge, et il n'avait pas pu crier tous les mots impurs qui lui venaient à l'esprit pour qualifier ce piège atroce dans lequel il avait foncé comme un débutant. Tout ça, c'était la faute de cet abruti de Duke.
Depuis l'avènement de Voldemort les affaires du vagabond avaient dégringolé, la moitié de ses contacts avaient fuit dans la nature et il avait du planifier ce cambriolage avec les moyens du bord, autrement dit Duke, un gamin attardé qui avait été le seul à accepter de l'accompagner, stupidement convaincu que son sang purement mêlé le mettait à l'abris de tous les désagréments de la nouvelle politique en vigueur. Malgré les quatre coups de pied au cul et les six coups de poing que Ding lui avait infligé pour lui rappeller d'arrêter d'ouvrir sa gueule à chaque fois qu'il trouvait un objet intéressant pendant qu'ils fouillaient la demeure de Mrs.Darcy, riche sorcière absente pour deux semaines à Vienne, Duke n'avait pas put s'empêcher de pousser une exclamation de joie en trouvant un diadème en or dans l'un des coffres dissimulés derrière les tableaux de la salle à manger principale. Excédé, Mondingus le lui avait arraché des mains, l'examinant pendant quelques brèves secondes avant de faire volte-face, estimant que le butin était assez conséquent pour qu'ils puissent se tirer avant de s'attirer des ennuis. En effet depuis leur entrée dans la demeure, Fletcher avait remarqué un bruit inhabituel, un genre de cliquetis qui ne s'assimilait pas à celui d'une horloge et qui avait fait monter son inquiétude en flèche quand il s'était apperçu que le bruit l'avait suivit de pièce en pièce. Il était pourtant certain d'avoir désactivé tous les sortilèges de sécurité qui bloquaient l'entrée, c'était la routine, des petits maléfices comme lui-même en vendait des dizaines chaque semaine ; du moins, jusqu'à maintenant, car à présent les gens ne sortaient même plus pour acheter de quoi assurer leurs arrières avec des protection de basse facture. Quel comble...
Mais alors, d'où venait ce putain de bruit ?
Il finirent par le découvrir, quand une sonnerie stridente se mit à retentir lorsque Ding sortit de la salle à manger, le diadème à la main. Surpris, le rouquin s'arrêta net et ce crétin de Duke lui rentra dedans, le faisant basculer dans les escaliers qui s'étaient remplis d'un épais brouillard rosâtre.

Affolé, Ding avait d'abord tenté de se débattre mais le sortilège était de toute évidence paralysant. Comment pouvait-on infliger ça à de pauvre malfaiteurs innocents ?! En haut de l'escalier, Duke avait lâché son sac dont le contenu s'était répendu sur les marches, et il courait dans tous les sens pour chercher un autre échappatoire. Malheureusement pour lui le brouillard s'était rapidement répendu, et il fut bientôt pris au piège à son tour.
Le cerveau de Mondingus carburait plein tubes ; avant de perdre la totalité de sa mobilité, le vagabond attrapa un pétard Flibuste qu'il alluma in extremis. Fermant les yeux en faisant preuve d'une volonté ultime, il s'écoula quelques secondes fatidiques avant que le pétard le lui explose littéralement dans les mains, dispersant le nuage qui s'envola en tourbillons fumants jusqu'au plafond ; profitant de cette très brève accalmie, Ding sauta au bas des marches et se jeta hors de la maison avant de transplaner, sans se retourner pour voir ce qui avait bien pu arriver à son compagnon. Du moment qu'il évitait la prison, bien peu d'autre choses lui importaient.

Si -heureusement- l'explosion ne lui avait pas arraché les mains, ces dernières étaient cependant totalement carbonisées, et Mondingus, s'il était très fort pour pratiquer l'Alohomora, reconnaissait être une bille totale quand il s'agissait de sorts curatifs. Aller faire à tour à Ste Mangouste n'était certainement pas prudent ces denriers temps, mais dans l'immédiat, il ne voyait pas d'autres alternatives. Il espérait simplement qu'on ne lui réclamerait pas de divulguer son identité, car il avait le sentiment que son sang impur ne lui vaudrait pas un très bon traitement.

Se matérialisant dans le hall de l'hôpital, le rouquin s'approcha du premier guichet en titubant, et se mit à réclamer qu'on s'occupe de lui immédiatement car là, « bordel », y avait « une putain d'urgence ».

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McDougal

avatar

Masculin
▌Messages : 16
▌Date de naissance : 12/12/1984
▌Date d'inscription : 22/08/2010
▌Votre Âge : 32
▌Age du personnage : 26 ans
▌Étude, métier : Apprenti médicomage
▌Baguette : 25 cm, bois de peuplier, crin de licorne

MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Mar 14 Sep - 13:28

William devait avoir deux jours de repos, bien sûr, il savait que cela dépendrait de la surcharge de Sainte Mangouste. Parfois, il y avait des périodes où ça n’arrêtait pas, sans que l’on puisse y donner une explication particulière. C’était la malchance qui décidait de toucher plusieurs sorciers en même temps, qui sait… Il ne fut donc pas du tout étonné de voir un hibou qu’il connaissait bien tapotait contre la fenêtre de son salon… C’était un de ceux de Ste Mangouste… Il déposa alors son thé noir sur la table, et alla ouvrir au volatile qui laissa tomber dans ses mains la note rapidement rédigée. Il eut un rire amusé en trouvant que ça ressemblait à un appel à l’aide désespéré, envoyé plusieurs fois avec les mêmes mots professionnels, aux apprentis médicomages en repos et compétents pour aider aux urgences. Il alla ranger la note dans le placard où il avait eut la drôle d’idée de toutes les garder, donnant un aperçu de ses heures supplémentaires… La première étagère était remplie totalement de trois tas de notes, et il déposa celle juste reçue sur la deuxième étagère. Il atteignait déjà les cinq cents notes sans aucun doute. Le brun jeta un coup d’œil ensuite à son peignoir d’un jaune fluo, avec un canari dessiné au niveau de la poitrine à droite. Titi, il s’appelait, c’était un cadeau d’un de ses amis né moldu dont il n’avait plus la moindre nouvelle malheureusement. Il avait la flemme de s’habiller, mais il sentait que ça ne passerait pas d’arriver ainsi à son boulot, il fit donc l’effort de se rendre dans sa chambre, pour pendre son beau peignoir titi sur un cintre, et revêtir un jean délavé, un tee-shirt jaune fluo (c’était sa couleur du jour) et une veste orange flashi. Il ne prit pas la peine de passer un coup de brosses dans ses boucles brunes, ça ne servirait absolument à rien. Il attrapa sa blouse de travail, ne pensa pas à vérifier qu’il avait fermé la porte (ce qu’il n’avait pas fait) et transplana pour apparaître dans le hall de l’hôpital.

William se serait attendu à pire… A se retrouver dans une foule impressionnante dans le hall, mais non, ça allait, il devait y avoir une vingtaine de personnes… Mais peut-être déjà que le personnel de garde était bien occupé pour ne pas assurer les soins des nouveaux arrivants. Il se dirigea vers le premier guichet, jetant un coup d’œil vers un sorcier qui avait de toute évidence fait une mauvaise utilisation du polynectar, avec la belle truffe qu’il avait et son poil blond digne d’un lévrier afghan. Il eut un petit sursaut quand le dit sorcier-chien lui aboya après, et il eut un sourire rassurant, secouant sa main comme pour inviter à se calmer un gros toutou nerveux dont il tapoterait la tête invisible.


"Calmez-vous, pas besoin de m’aboyer après comme ça, il vaut mieux qu’un spécialiste du bon service s’occupe de votre cas… Je le connais, c’est un excellent médicomage… Ah Sybillona !"

William s’était tourné vers le premier guichet tenu par une sorcière blonde aux rides annonçant qu’elle avait bien cinquante ans. Il avait reconnu sa voix venimeuse et suspicieuse qui demandait le nom d’un rouquin dont il comprit fort vite que son apparence n’allait pas jouer en sa faveur au vu de la dénommé Sybillona dont il connaissait son plaisir à faire le tri dans les patients, selon la nouvelle politique en vigueur… Ce qui attira par contre le plus son attention, ce fut les mains noircies et la chair à vif du rouquin, la question ne se posait pas, ce dernier avait vraiment besoin de soins. Quelques secondes, son regard se fit mécontent, mais il laissa place à du sérieux et de l’autorité pour s’imposer à la vieille bique, oui il la voyait vraiment comme ça.

"Je vais m’occuper de ce monsieur, Sybillona, rendez-vous donc plus utile et accompagner notre…fidèle ami au bon étage pour qu’il retrouve sa bonne apparence. Et n’hésitez pas à lui donner un bon vieux os à rogner pour l’occuper si nécessaire."

William avait parlé tout en jetant sa veste orange sur le guichet, pour mettre sa blouse, sous le regard courroucé de la sorcière qui se tut cependant, s’éloignant rapidement avec le sorcier-chien grognant, et la veste du brun pour la ranger dans les placards réservés au personnel. Bon, apparemment, sa petite blague n’avait pas eut trop l’effet escompté sur ces deux-là. Il refit face au rouquin, lui adressant un sourire amical et s’adressa à lui sur le ton de la confidence tout en l’invitant à le suivre vers les escaliers.

"Je vous fais passer la barrière de la vieille bique, rien qu’à cause de votre tête, elle aurait été capable de vous faire attendre que tous les autres passent avant vous et vos mains auraient eut largement le temps de s’infecter. Je vais vous trouver une place au second étage… Je suis William McDougal, vous êtes entre de bonnes mains, enfin, si je puis dire ça."

Tout en entraînant le rouquin donc vers les escaliers, il avait de nouveau baissé les yeux vers ses mains carbonisées et il attrapa un des bras du sorcier pour le lui faire lever. Il put ainsi regarder de plus prêt les dégâts, sans montrer le moindre dégoût, au contraire, il était intéressé par ce qu’il voyait.

"Qu’est-ce qui vous est arrivé ? Un feu ensorcelé ? Un pétard ?"

La cause était importante, le soin en différent et le plus embêtant serait incontestablement un feu ensorcelé. Il fallait pousser plus loin l’auscultation pour déceler le genre du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Jeu 23 Sep - 17:50

La vieille guichetière antipathique commençait à lui taper sur le système. Faire la queue ? Mais il n'avait pas le temps de faire la queue, putain ! Le vagabond allait très certainement commencer à s'énnerver pour de bon lorsqu'un jeune type arriva, un médicomage comme l'indiquait la blouse qu'il enfila devant lui avant de lui apprendre qu'il allait s'occuper de lui. Suspicieux, Ding lui jeta un regard méfiant qu'il ne pris pas la peine de dissimuler ; après tout, ce mec avait-il peut-être déjà traîté avec lui ; sachant que la majorité des types avec qui il avait dealé avaient maintenant pour principale ambition de lui arracher la tête pour la bourrer d'ail et la jeter dans un fleuve, il y avait de quoi éveiller la paranoïa. Décidant toutefois qu'un hôpital n'était pas un bon endroit pour décapiter quelqu'un, Mondingus consentit à suivre le jeune homme, projettant de toute façon de filer en douce dès qu'il l'aurait soigné, et surtout avant qu'on ne lui demande aucun renseignement compromettant. Si il en avait vraiment après lui, qu'à cela ne tienne ; il lui restait un second pétard dans la poche intérieure de son manteau.

Le mec coupa cependant court à ses planifications en se présentant, se voulant manifestement rassurant et pacifique. William McDougal, hm ? Si il croyait qu'il lui donnerait son nom en retour, il pouvait aussi bien s'enfoncer son stetoscope dans le...

Apparement curieux, William n'attendit cependant pas de réponse puisqu'il se retourna pour attraper l'un des bras du vagabond, le levant à hauteur de ses yeux pour l'examiner. Mondingus se laissa faire, grimaçant légèrement quand un frisson de douleur remonta jusqu'à son coude. Saloperie de piège merdique.

« Un pétard. » répondit-il alors d'une voix rauque à la question du médicomage, précisant ensuite qu'il s'agissait d'un pétard magique ; il n'y connaissait rien, mais supposait que cela faisait une différence. Heureusement qu'il ne s'agissait pas de dynamite, cela aurait été certainement plus difficile à justifier.

« On pourrait pas, genre, ne pas rester dans le couloir ? » demanda-t-il rapidement avant que William n'ait le temps de reprendre la parole. « Parce que, genre, j'ai pas tellement envie de croiser beaucoup de monde, tu vois. J'ai bien le droit à une chambre, non ? On est encore en démocracie, bordel ! »

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McDougal

avatar

Masculin
▌Messages : 16
▌Date de naissance : 12/12/1984
▌Date d'inscription : 22/08/2010
▌Votre Âge : 32
▌Age du personnage : 26 ans
▌Étude, métier : Apprenti médicomage
▌Baguette : 25 cm, bois de peuplier, crin de licorne

MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Dim 26 Sep - 14:45

William remarqua bien la méfiance qui se retranscrivait sur le visage du sorcier, mais il mit ça sur le compte de sa jeunesse, ou peut-être de son allure. Peut-être que le rouquin pensait qu’il n’était pas assez compétent, ou trop déluré pour être pris au sérieux. Pourtant, c’était bien celui qui avait les mains noircies qui paraissait le plus louche. Heureusement, il n’était pas du genre à se fier qu’aux apparences, et il était là pour faire son boulot, et non enquêter, interroger et juger. De plus, ne connaissant pas Mondingus Fletcher, n’ayant jamais entendu parler de lui ni eut une description physique, il se comporta tout comme à son habitude, sans grande méfiance. De toute façon, même en sachant le genre d’énergumène qu’il entraînait vers les escaliers, il était fort capable de ne pas prendre en considération les risques d’entourloupes. Il se présenta donc, une petite remarque se voulant rassurante avant de passer à ce qui était la raison de la présence du sorcier roux. Ses brûlures. Il prit un bras de ce dernier, pour observer tout cela de plus prêt, se montrant davantage précautionneux à la petite grimace qu’il perçut. Un pétard magique hein ? Il aurait bien aimé demander comme c’était arrivé, si c’était une mauvaise farce de gamins, mais il était conscient que ça ne le regardait pas… Enfin, tant que pour le soigner, il n’avait pas besoin de plus ample détail, ce qui était le cas de toute évidence
Le médicomage relâcha son bras et redressa la tête, affichant un air clairement surpris à la requête signe d’une certaine impatience de son patient. Il cligna des yeux aux derniers mots qu’il répéta très doucement.


"Encore en démocratie…"

William regarda autour d’eux, se disant que si certains sorciers avaient entendus ça, ils auraient pu prendre ça comme une claire critique de la situation actuelle. Surtout par plaisir de trouver une occasion de se faire bien voir. Il entendit alors des pas descendant l’escalier et toussota, faisant avancer d’une main dans le dos le sorcier roux.

"Oui, bon, allons vous chercher une chambre tranquille… En espérant que ce ne soit pas trop charger… Ils sont débordés, normalement, j’étais en repos et j’ai eut droit à un appel au secours…"

Deux médicomages descendaient en raccompagnant une famille qu’ils rassuraient en donnant des indications à suivre une fois chez eux. Il les salua d’un hochement de tête, jetant un coup d’œil au premier étage dont le couloir était bondé de monde. Il invita à poursuivre au deuxième étage, celui de son service, qui était déjà moins plein.

"On aura plus de chances ici !"

Et justement, en parlant de chance, une chambre se libérait à l’instant et il salua d’un geste de la main tout sauf discret son supérieur qui en était sortit. Ce dernier le lui rendit d’un hochement de tête, avant de poser son regard sur la silhouette du sorcier roux que William venait de faire entrer précipitamment dans la chambre en le poussant.

"Vilaines brulures, ça risque de s’infecter !"

Le grand sourire du McDougal fit lever les yeux au ciel de son supérieur qui décida de faire comme s’il n’avait rien vu. William ferma derrière lui, et invita son patient à s’asseoir sur son lit, parlant doucement et vite, comme par peur d’une oreille indiscrète derrière la porte.

"Asseyez-vous sur le lit…. Et vous devriez faire gaffe à ce que vous dîtes ici…"

Il hésita un instant, observant attentivement le sorcier roux, en même temps qu’il attrapa une chaise pour la placer face à ce dernier, s’y asseoir et sortir sa baguette.

"Certaines personnes pourraient prendre ça dans le sens que ça les arrange et vous causer quelques… ennuis… Comme la vieille de l’accueil… Son côté sélectif pourrait bien devenir moins officieux…Les soins moins démocratiques…. Si vous voyez ce que je veux dire…"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mondingus Fletcher

avatar

Masculin
▌Messages : 421
▌Date de naissance : 13/07/1990
▌Date d'inscription : 18/10/2009
▌Votre Âge : 27
▌Age du personnage : 38 ans
▌Étude, métier : Adepte du marché noir, proxénète, traficant, dealer. The full combo babe.
▌Baguette : 28 centimètres, frêne, plume de mésange.

— §ECRECY §ENSOR
— INVENTAIRE & CO:
— FONCTION(s) | ATTRIBUTS: Marchand ambulant.

MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Dim 7 Aoû - 19:43

Ding suivit le médicomage en jetant quelques coups d'oeil méfiants autour de lui, et espérant sincèrement que cette petite expédition dans la foule ne durerait pas trop longtemps. Il s'en voulait même d'avoir autant besoin de ses mains, si l'explosion avait touché n'importe quelle autre partie de son corps, il n'aurait sans doute pas fait le déplacement et se serait contenté de désinfecter tout ça avec le fond d'une bouteille de gin.

Il cilla cependant de surprise quand William le poussa précipitemment dans une chambre avant de refermer la porte derrière eux, s'imaginant un bref instant qu'il allait s'attaquer à lui. Oh le putain de traître. Mais non, au lieu de ça, le médicomage lui demanda de s'assoir et le repris sur ses propos, soulevant l'erreur qu'il venait de faire en parlant de liberté à tort et à travers. C'est vrai qu'il aurait du faire plus attention de ce côté là, mais Mondingus n'était pas vraiment réputé pour choisir ses mots avec un soin particulier. Et puis merde, c'était un hôpital, pas le hall du Ministère, non ?!

« Merde on est à l'hopital, pas au Ministère non ? Je peux bien dire ce que je veux. » dit-il donc en baissant les yeux vers la baguette du médicomage. Et puis il y avait le truc du secret professionnel, non ? Enfin ça c'était un truc qui existait chez les moldus, du moins. Les sorciers seraient vraiment retardés, putain. En même temps, il avait pas l'air bien dangereux celui-là.

N'empêche, s'il était plutôt au courant de se qui se passait actuellement, Ding n'avait pas imaginé que l'influence de Voldemort ait aussi touché l'hopital magique. Ca prenait tout de suite une dimension plus grave... surtout que s'il lui arrivait des merdes magiques avec ces conneries de l'Ordre qu'il était obligé de faire, personne ne serait capable de le soigner dans le monde des moldus.

Ennuyé, le rouquin s'assit sur le lit comme l'autre le lui demanda, et il tendit ses mains devant lui. Ouais, bon. Il avait pas intérêt de prendre trop son temps ce con, c'est qu'il avait une vie remplie lui, quoi.

_________________

    Je vous ai déjà dit que je prête du pognon à des taux vraiment pas dégueulasses ?
    ... Putain ! Fais chier ! SALE CON DE MERDE !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McDougal

avatar

Masculin
▌Messages : 16
▌Date de naissance : 12/12/1984
▌Date d'inscription : 22/08/2010
▌Votre Âge : 32
▌Age du personnage : 26 ans
▌Étude, métier : Apprenti médicomage
▌Baguette : 25 cm, bois de peuplier, crin de licorne

MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   Jeu 11 Aoû - 12:00

Mondingus avait bien raison de dire que William n’avait pas l’air bien dangereux, déjà, en tant que médicomage, il était bien plus partisan de soigner les blessures plutôt que de les infliger, et il n’était pas de ceux qui aimeraient bien causer quelques soucis au rouquin. Il s’était assis en face de son patient qui ne manqua pas de râler de ne pas pouvoir dire ce qu’il voulait… et ce qu’il dit sur le fait de ne pas être au Ministère de la Magie fit prendre un air ennuyé au brun qui avait sorti sa baguette. Le problème était justement là, être à l’hôpital devenait aussi dangereux que d’être au Ministère pour ceux dont le statut du sang n’était pas digne aux yeux du nouveau gouvernement. Rien n’était dit officiellement mais la sorcière de l’accueil était un bon exemple du tri qui commençait à se faire ici… Il avait beau passer pour un parfait ahuri souvent, il n’était pas un idiot et il l’avait bien remarqué, tout comme le ménage qui avait été fait dans le personnel… Révoltant, il avait bien envie d’en faire part à son patient, ressentant que ce dernier devait faire parti de ceux qui allaient finir par être victimes de tout ça… Après tout, ce n’était pas un sang-pur qui parlerait ainsi de la situation comme ça… Mais pouvait-il se le permettre sans danger ? Tant pis, il fallait bien quand même que quelqu’un le dise à un autre, pour espérer ainsi déclencher un bouche à oreilles pour éviter trop de mauvaises surprises.

"En fait…"

William jeta un rapide coup d’œil vers la porte, comme s’il était capable de voir à travers s’il y avait une personne derrière, avant de poser son regard sur les mains tendues du rouquin, tendant sa baguette au début des brûlures de la main gauche, au niveau du poignet. Il lança un sortilège sous forme de vaguelette gris clair, qui, au contact de la peau noircie, la reconstituait comme il faut.

"Si vous étiez tombé sur quelqu’un d’autre que moi, il y a de fortes chances qu’on vous aurez invité à retourner d’où vous venez…"

Le brun se mit à parler très faiblement, rappelant presque les messes basses discrètes d’élèves dans une classe. Il descendait lentement peu à peu sa baguette le long de la main gauche, arrivant au niveau des doigts. William continua sur sa lancée en baissant davantage la voix encore.

"Même dans le personnel, le ménage a été fait… D’où les effectifs restreints par rapport aux demandes… qui se révèlent étrangement à la baisse… Le Ministère de la Magie s’étend jusqu’ici, voyez-vous… Si votre sang n’est pas suffisamment pur aux yeux du gouvernement… Vous pouvez abandonner l’idée de pouvoir venir ici sûrement dans peu de temps, définitivement…"

William venait de finir la main gauche et il passa de suite à la droite, décidant tout de même d’afficher un sourire se voulant rassurant, sa voix un peu surexcitée pouvant le faire passer pour un peu fou-fou, un peu comme ces chiens dingos.

"Mais bon, tant que vous ne vous amusez pas à nouveau avec des pétards surprises ni à vouloir caresser un dragon, c’est que vous êtes pas loupé quand même, ça devrait aller… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
then I never will play the wild rover no more... jk !! [ William ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The wild rover , une association solidaire
» The wild rover, garage solidaire
» The wild rover, garage solidaire
» Toutes les huiles pour votre Land Rover
» 4 roues range rover 700x16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carpe Noctem ::  God save the Queen ►Magic in London  :: » Sainte Mangouste.-
Sauter vers: